10:2907/04/2015MOOD

Sos : j’ai le teint blafard !

VB SOS teint blafard couleur modif copie.jpg

« Yeux cernés, mine lavabo…je déteste la fin de l'hiver ! ». Pas de panique, quatre experts vous aident à retrouver éclat et œil vif. Par Marie-Françoise Dubillon.

Lire la suite

17:1010/08/2014News

4 solutions à l'hypersudation

hypersudation,transpiration,solutions,spécialistes,dermatologue,acupuncteur,généraliste,homéopathe

La transpiration ne doit pas être bloquée totalement car elle élimine les toxines. Toutefois, il n'est pas franchement facile d'assumer les marques dues à la chaleur ou au stress. Quatre spécialistes vous aident à réguler cette hypersudation. Par Marie-françoise Dubillon.

Lire la suite

09:0006/07/2014MOOD

Le retour des allergies solaires

T'as mal ou ? .jpg

“Après quelques jours d’exposition, ma peau se couvre de plaques et ça me gratte furieusement.” Les recettes anti-boutons de quatre spécialistes. Propos recueillis par Marie-Françoise Dubillon.  

Lire la suite

09:1006/06/2014MOOD

S.O.S. : je veux une épilation pile-poil

epilation,poil,vichy,dermatologue,peau,cire,épilation,été,maillot,jambes

  “Ma pilosité galopante me crée de vrais soucis…” Quatre pros du poil vous aident à les éliminer. Propos recueillis par Marie-Françoise Dubillon. Illustration : Sophie Bouxom.

Lire la suite

12:5002/11/2010

J'aime pas les champignons !

pieds.jpg

Ces petites mycoses qui apparaissent sur les ongles ou entre les orteils, parfois même autour de la bouche ou dans les plis de la peau, c’est vraiment pas glamour ! Quatre spécialistes vous aident à vous en débarrasser. Propos...

07:1318/03/2010NEWS

J’ai fêté mon anniversaire au Botox !

Botox-rides.jpg

Pour ses 40 ans, Alice, chercheuse en mathématiques fondamentales, s’est offert une injection de Botox. Un vrai cadeau ? Mieux : un tournant dans sa vie, qu’elle a habilement négocié. Propos recueillis par Loly Clerc "Le monde de la recherche, en mathématiques fondamentales, est parfaitement clos. C’est un œuf énorme, à l’intérieur duquel mûrissent les théories qui feront le monde de demain. Autant dire que dans cette atmosphère raréfiée, je n’ai jamais discuté de l’existence du Botox , encore moins de ses mérites. Ici, je parais comme une anomalie : une femme coquette, qui ne se déplace pas en chaussettes, Birkenstock, pantalons baggie et gros pulls. À Lyon, l’hiver est assez froid, mais cela n’empêche pas le style, et le maquillage. Enfin, le soir, parce que, dans la journée, j’oublie. Donc, mes copines, collègues chercheurs comme moi, préfèrent la beauté de la théorie des ensembles à celle qui compose les traits d’un visage. Les mathématiques booléennes et les algorithmes leur posent plus d’angoisse que l’avancée des rides. Et moi, je m’affole devant les deux : les dégâts de l’âge sur la peau et les théorèmes de la dualité. Je me suis donc documentée très sérieusement sur tout ce qui retarde la ride véloce. Il me paraissait dès lors évident qu’une fois les 40 ans atteints, j’aurais mon premier Botox. "JE VAIS VOUS CASER VERS 19H." J’avais bien réfléchi : réversible, peu visible, ne provoquant aucune indisponibilité sociale, quasiment indolore, je trouvais ça idéal. J’ai une ride du lion assez marquée , au point que l’été, elle dessine une ligne blanche, que je dois bien entendu corriger. Mes paupières tombent légèrement, et je n’ai pas envie d’un geste chirurgical , comme disent élégamment les médecins. J’avais donc deux zones d’intervention pour mon Botox. Je ne savais à qui m’adresser. Je ne fréquente pas tellement les dermatologues. J’ai donc posé la question à une copine qui a de sérieux problèmes d’acné (à notre âge, en est ce encore ? Je n’ose pas lui demander). Elle m’a donné deux adresses parmi les meilleures de la ville. Le premier était charmant, et l’idée que je m’offre une injection de Botox pour mon anniversaire l’a fait rire. « Votre anniversaire, c’est donc… » Il a regardé ma fiche. « Après-demain ? O.K., je vais caser ça… vers 19 h. Ça vous va ? ». J’ai protesté que respecter les dates était inutile, mais il y tenait. Charmant, je vous dis. LISEZ LA SUITE !

Lire la suite

06:3022/02/2010NEWS

Le jour où je me suis fait repulper les lèvres

bouche-lèvres.jpg

Sophie avait 38 ans quand elle s’est décidée à franchir le seuil d’un cabinet de médecine esthétique pour pallier un complexe remontant à l’adolescence : une bouche trop fine. Propos recueillis par Loly Clerc "Mes lèvres m’avaient toujours paru trop fines.  Rien de dramatique, non, juste un bon brin en dessous des bouches pulpeuses, sensuelles, ourlées, gourmandes qui caractérisaient manifestement les héroïnes de mes premiers élans littéraires. Je me souviens avoir cherché sans relâche, dans ma prime adolescence, d’autres indices susceptibles de faire mentir cette tragédie narcissique. J’eus quelque espoir avec Mona Lisa. La transcendante, l’énigmatique beauté arborait une bouche petite. En ces temps-là, c’était semble-t-il signe de noblesse. Cette pauvre branche à laquelle je me raccrochais pliait sous le poids croissant de l’évidence : toutes les filles des magazines, toutes les actrices, bref, toutes les belles filles affichaient de belles bouches charnues. J e cherchais en vain des exceptions à la règle. Je m’attaquais donc à un sacré boulot : me convaincre que j’étais jolie malgré ce que je savais désormais être un handicap, ma bouche trop petite, trop fine, trop pas assez, quoi !" Le paradoxe génétique.. . "Un truc me faisait enrager par-dessus tout : l’injustice , ou plus exactement le paradoxe génétique. Ma mère , oui, celle-là même qui m’avait engendrée et par conséquent légué une bonne partie de ses chromosomes, racontait à qui voulait l’entendre qu’elle avait longtemps souffert de sa bouche trop grande. Non mais, sans blague ! J’aurais volontiers échangé, moi.  Pourtant, je la savais sincère, et en arrivais à la conclusion que l’on était, décidément, jamais contente de ce dont la nature nous avait dotée." LISEZ LA SUITE !

Lire la suite