, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Un coiffeur gourmand à deux pas de Charonne | Page d'accueil | L'huile au compte-gouttes »

10:1615/03/2015NEWS

Planète minceur

planèteminceurnovembre.jpg

Focus sur les actus de poids qui font parler. Par Chantal Soutarson.


Avis aux geeks

Si vous êtes accro aux écrans, vous avez du souci à vous faire. En effet, selon une étude de l’université Northwestern de Chicago, s’exposer le soir pendant au moins trois heures à la lumière bleue des écrans (smartphones, tablettes, etc.) perturberait le métabolisme du glucose. Plus sournois : les chercheurs ont aussi constaté que cette luminosité faisait augmenter la sensation de faim au bout de quinze minutes d’exposition seulement. And last but not least, ces mêmes écrans maintiennent éveillés. Or le manque de sommeil induit une prise de poids… Une spirale sans fin, quoi ! (Source: lanutrition.fr.)

Non aux régimes d'ados

Lors de son colloque annuel en août dernier, le SSIB, un organisme qui étudie les habitudes alimentaires, a insisté sur les dangers des régimes précoces chez les filles. Entre 1982 et 2012, l’équipe du Dr Pamela Keel, de l’université de Floride, a suivi des groupes de collégiennes sur plusieurs années, pour analyser les conséquences de leurs comportements alimentaires, notamment des régimes, sur leur santé à l’âge adulte. Effets dévastateurs : celles qui ont fait très tôt un régime ont eu non seulement recours aux vomissements ou à l’excès d’alcool, mais sont aussi devenues obèses en atteignant 30 ans.

Le chiffre : 7

C'est le nombre de kilos que l'on prend en plus par an , lorsque que l'on prend pour habitude de boire tous les jours une cannette de soda 
ou toute autre boisson sucrée. Ça calme, non ? (Source : Harvard School 
of Public Health’s 
Department of Nutrition.)

Gras et satiété

Des scientifiques suisses ont modifié génétiquement des cellules capables de synthétiser une hormone coupe-faim, la pramlintide, naturellement libérée par l'organisme en présence d’un trop-plein de gras dans le sang. Ils ont ensuite injecté des microcapsules contenant ces cellules dans l’estomac de souris obèses. Celles-ci ont alors réduit leur prise alimentaire et ont perdu du poids par rapport au groupe de contrôle. Chez l’humain, cette découverte pourrait permettre de limiter la prise alimentaire, espère Martin Fussenegger, professeur en biotechnologie et bio-ingénierie à l’ETH de Zurich. Un vrai défi, car  il faudrait reprogrammer ces cellules, uniquement sensibles à l’excès de gras, afin qu’elles réagissent en présence d’autres ingrédients (l’excès de sucre, par exemple) ou même qu’elles puissent fonctionner de concert avec la satiété. Ce qui n’est pas du tout le cas naturellement. (Source: Allure.)

 

(Photo : Frédéric Farré)