, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Ces microbes qui nous veulent du bien | Page d'accueil | Zoom sur Lescheveuxdemini.com »

11:3320/01/2015MOOD

Ces microbes qui nous veulent du bien

santé,microbes,micro-organismes,hygiène,épiderme,peau,médecins,maladies cutanées,équilibre,flore

Champignons, levures, bactéries... Notre peau est une véritable terre d’accueil pour les microbes. Paradoxalement, la plupart sont là 
pour la protéger. Explication d’un phénomène qui commence à être pris en compte par les cosmétologues. Par Marie-Françoise Dubillon. 


Nettoyer mais défense 
d’agresser

 

« Il faut absolument éviter de tuer les bons microbes, confirme Isabelle Benoit, directrice de l’innovation chez Institut Esthederm. C’est pourtant souvent le cas lorsque les femmes se démaquillent. Je déconseille les produits à base de tensioactifs. Ces formules moussent et “cassent” le film qui relie les bons microbes entre eux. La peau est fragilisée et les mauvais germes peuvent en profiter pour se faufiler. Il faut plutôt choisir des eaux micellaires ou des huiles sans tensioactifs. Faciles à reconnaître car ces produits ne moussent pas.

« Le brevet Skin Balance System rééquilibre l’écosystème de surface de la peau, explique Isabelle Benoit. Des extraits de boldo activent ses défenses contre la flore pathogène et des sucres naturels stimulent les bons microbes. La peau est ainsi débarrassée des bactéries néfastes et s’autoprotège contre les agressions extérieures. » Sophie Feité, directrice scientifique des laboratoires La Roche-Posay, conseille : « Une toilette douce et sans frotter, pas de savons ou détergents mais des gels ­surgras ou des huiles lavantes, et une eau entre 32 et 34°C. » Lionel de Benetti, cosmétologue, raconte : « Il 
y a quelques années, j’ai mis au point pour ­
Clarins un produit destiné à offrir un traitement nutritif à la peau, et faire office “d’engrais” pour entretenir la bonne flore. Il s’agit d’un soin à base de Bio­Ecolia®, un mélange de sucres ­naturels qui empêche les méchants microbes ­pathogènes de s’installer, maintient la bonne flore et même la stimule. »

Le choix de VB. Eau Micellaire Osmopure, Crème Désincrustante Douce et Masque Gomme Clarifiant, OsmoClean d’Institut Esthederm. Douche-Crème et Huile Lavante, Lipikar de La Roche-Posay. Huile Lavante Relipidante, XeraCalm A.D d’Avène. Crème Douce Démaquillante Anti-Pollution de Clarins

 

Actifs à boycotter

 

Certains médicaments et certains conservateurs ne font pas bon ménage avec les bons microbes. C’est logique mais on n’y pense pas toujours. « Mieux vaut éviter, sur peau fragile, des antibactériens comme l’acide benzoïque, le phéno­xyéthanol et les parabens », précise Isabelle Benoit. Même prudence avec certains anti­biotiques qui éradiquent, par exemple, les microbes d’acné mais qu’il est bon de ne pas utiliser trop longtemps. L’acide salicylique en concentration « japonaise » (0,2 %) est très décapant quand il est utilisé, lui aussi, à trop long terme. Mais les bons dermatos connaissent tous ces effets secondaires et préviennent leurs patientes trop consciencieuses ou trop pressées.

 

Retrouvez la suite de notre dossier juste ici.

 

(Photo : Frédéric Farré)