, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Ces microbes qui nous veulent du bien | Page d'accueil | Zoom sur Lescheveuxdemini.com »

11:3320/01/2015MOOD

Ces microbes qui nous veulent du bien

santé,microbes,micro-organismes,hygiène,épiderme,peau,médecins,maladies cutanées,équilibre,flore

Champignons, levures, bactéries... Notre peau est une véritable terre d’accueil pour les microbes. Paradoxalement, la plupart sont là 
pour la protéger. Explication d’un phénomène qui commence à être pris en compte par les cosmétologues. Par Marie-Françoise Dubillon.


On ne s’en doute pas, mais notre peau est ­totalement colonisée par des microbes, et ils sont nombreux puisqu’on en dénombre, en moyenne, un million par centimètre carré. « Au niveau cutané, on compte des milliards de ­milliards de micro-organismes, bactéries, levures, champignons, virus…, présents également à la surface des ongles, des cheveux, dans les glandes sudorales et sébacées, précise le Dr Michèle Sayag, directrice de la stratégie médicale chez Bioderma. Ils représentent plus de cinq cents espèces différentes. »

 

Cocooner Les bons, 
chasser les méchants…

 

Les microbes se partagent en deux groupes. 
La flore résidente est composée de micro-­organismes installés de manière durable. Ils vivent en symbiose, en parfaite harmonie, avec la peau et ont leur importance puisqu’ils contribuent à ­lutter contre la prolifération de méchants microbes qui tenteraient de la coloniser. La flore transitoire, elle, a une compo­sition qui varie en fonction de l’environnement ­(vêtements, conditions climatiques, stress, agressions diverses…). Elle est également composée de micro-­organismes et si certains ne sont pas pathogènes, d’autres sont à l’origine de ­maladies cutanées : dermatite ­atopique ou eczéma, acné, dermite séborrhéique ou tout simplement hyper-sen­sibilité cutanée ou hyper-sècheresse...

« Les bons microbes sont les garants de la bonne santé de l’épiderme, explique Anne-
Marie Schmitt, directrice du centre de recherches sur la peau des laboratoires Fabre, à Toulouse. Ils forment comme un voile sur la peau afin d’empêcher des germes pathogènes de s’y ­installer. » C’est pourquoi il est indispensable de les maintenir en bonne santé et de ­préserver leur équilibre.

 

Retrouvez la suite de notre dossier juste ici.

 

(Photo : Frédéric Farré)