, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« London calling au Carroussel du Louvre | Page d'accueil | Trop d’hygiène 
tue l’hygiène »

15:4119/01/2015MOOD

Trop d’hygiène 
tue l’hygiène

psycho,hygiène,bien-être,contraintes,propreté,odeurs,sexualité,experts,médecins,psychanalyse

Prendre soin de soi, c’est un plaisir. Le rituel du bain, la mousse parfumée, les huiles essentielles… mais quand l’inquiétude domine et que les “réflexes propreté” se multiplient, on n’est plus dans le bien-être mais dans la contrainte. Par Valérie Rodrigue.


Lâcher prise et retrouver 
le plaisir d’être soi-même

 

Manie ou Toc, il faut mettre le doigt sur son anxiété et accepter le désordre. Le désordre, c’est la vie. En théra­pie comportementale, on demande à la personne de s’exposer à ce qu’elle craint le plus, la saleté : ainsi, toucher le sol avec ses mains sans se précipiter ensuite pour les laver. L’anxiété monte, mais il faut la décrypter, mettre des mots et des émotions dessus. C’est en se confrontant à sa crainte qu’on l’apprivoise le mieux.

« Il s’agit de réduire l’impact du comportement hygiéniste en mettant en place la démarche inverse. Moins de rituels pour plus de prise de conscience », souligne Maryvonne Leclère. Pour arriver au lâcher-prise, à un rapport apaisé avec le corps et le ressenti que l’on a de soi-même, sans craindre de tomber dans l’excès inverse (la négligence). Au temps des rois, la peur de la contamination par l’eau amenait la cour à cacher sous des parfums un grand défaut d’hygiène. Certaines, de nos jours, cachent, sous une belle garde-robe et une bonne cosméto, un manque flagrant de passages sous la douche. Cela s’explique par la même peur irrationnelle de la contamination et de la relation. Cesser d’être dans le contrôle, c’est se donner des chances de s’affirmer et de prendre soin de soi dans la sensualité et le plaisir.

 

(Illustration : Élodie, colagene.com)