, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Manger juste | Page d'accueil | A bas les diktats : je m'occupe de ma peau »

14:2429/11/2014MOOD

Manger juste

nutrition,alimentation,équilibre,forme,santé,sucre,sel,glycémie,antioxydants,régime,yo-yo,eau

Faire attention au contenu de son assiette pour freiner les effets du temps, oui, mais comment ? Notre journaliste Sylvia Vaisman a enquêté pour VB afin de connaître toutes les bonnes habitudes à adopter.


“On ne peut pas éviter de vieillir [et soyons franches, on commence à y penser dès 35 ans], mais on peut ralentir le processus 
afin de ne pas en subir les inconvénients”, assure le Dr Sarah Brewer (1), médecin nutritionniste. Et l’une des meilleures stratégies pour maintenir son capital 
santé est d’adopter une bonne alimentation. Il ne s’agit pas de compter les calories ou de suivre un énième régime, mais simplement de manger intelligemment. 
Même si on a multiplié les erreurs, il n’est pas trop tard pour alléger le poids des années.

 

Réduire les portions

L’abondance est l’ennemi de notre santé. Manger moins permet au corps de ne pas se fatiguer à métaboliser des repas trop copieux, de réduire sa tension artérielle et son taux de cholestérol, donc de préserver la jeunesse de son cœur et de ses vaisseaux. Diminuer la taille des portions (tout en maintenant une alimentation saine et équilibrée) est d’ailleurs le seul facteur connu qui freine le vieillissement biologique de l’organisme. À moins d’avoir déjà un appétit d’oiseau, l’idéal est de baisser ses apports caloriques d’environ 20 %. Pas plus ! « Il ne faut pas s’affamer, estime le Dr Frédéric Saldmann (2). Des portions ridicules 
au moment des repas provoquent, à l’inverse, des pulsions alimentaires incontrôlables. » Pour associer plaisir et efficacité, ce spécialiste de la médecine prédictive préconise d’agrémenter ses plats de safran, un coupe-faim naturel. Et contrairement aux idées reçues, de boire abondamment de l’eau au cours des repas. Non seulement 
elle hydrate mais elle agit comme un régulateur d’appétit. Aucune raison, donc, de s’en priver.

 

Cadrer la glycémie

La diabésité (nouveau terme qui englobe diabète et obésité) est la principale cause de maladies chroniques (hypertension, cancers, démence cérébrale, insuffisance hépatique…) responsables d’un délabrement physique 
et mental accéléré. Pour les prévenir et les combattre, 
il faut maîtriser son taux de sucre sanguin (glycémie) 
afin qu’il cesse de faire du yo-yo. Se refréner sur les sucreries et les pâtisseries ne suffit pas car beaucoup d’aliments au goût non sucré font aussi monter la glycémie en flèche. En revanche, on peut alléger la charge glycémique de ses repas sans changer ses habitudes alimentaires, juste en optant pour les bons ingrédients, 
les bonnes associations d’aliments et les meilleures 
façons de les préparer. « Si vous mangez du riz, choisissez-le complet ou basmati plutôt que blanc dont l’index glycémique est plus élevé, conseille la nutritionniste Sybille Montignac. Pour les pâtes, préférez-les complètes ou optez pour des spaghettis. Cuites al dente, attendez 
un peu avant de les manger. En effet, en refroidissant, l’amidon qu’elles contiennent se transforme et devient moins assimilable. » Autres astuces : mélanger toujours 
les féculents à des légumes car leurs fibres sont hypo-glycémiantes, et côté laitages, opter pour les fromages à pâte dure et les faisselles bien égouttées car le petit-lait stimule la sécrétion d’insuline. Pour la pâte à tarte, remplacer la farine par de la poudre d’amandes.

 

Découvrez la suite de notre dossier juste ici.

 

1. Auteur de Plus jeune plus longtemps (éd. Marabout).

2. Auteur de Le Meilleur médicament, c’est vous ! (éd. Albin Michel).

 

(Photo : Frédéric Farré)