, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Tout savoir sur l'eau | Page d'accueil | Manger juste »

11:1328/11/2014MOOD

Le sport, un anti-stress de compèt’ !

santé,forme,sport,anti-stress,mieux dormir,relaxation,apaisement,activité,endorphines,pilates,tai-chi,vélo,danse,stretching,yoga,body balance,renforcement musculaire,adrénaline

Faire baisser la pression, retrouver un sommeil réparateur, on veut bien, mais comment ? En pratiquant un sport ! Oui, vous avez bien lu. Mais pas n’importe lequel. VB vous donne quelques pistes pour faire de l’activité physique une véritable alliée anti-stress. Par Clémence Guillossou.


Dynamisant, énergisant, stimulant, le sport est surtout considéré comme votre meilleur ami lorsqu’il s’agit de retrouver la forme (sans les formes…) et de se donner la pêche. Nous vous avons proposé, il y a quelques jours, les conseils de pros pour trouver l’activité la mieux adaptée à vos besoins. Mais en boostant la sécrétion d’hormones du bien-être, le sport présente aussi des atouts de taille pour vous aider à supporter le stress ou retrouver le sommeil. Nous avons demandé conseil à Mourad Boukhari, coach sportif et maître de conférence associé à la Faculté des Sciences du Sport de Strasbourg, ainsi qu’à Nicolas Jeansoule, maître de conférence associé en STAP's et co-responsable du Diplôme Universitaire de Préparation Physique et Réathlétisation à l'université d'Evry Val d'Essonne.

 

 

Je veux déstresser

« On a parfois tendance à penser que pour évacuer son stress et relâcher la pression, les sports énergiques sont la solution, explique Mourad Boukhari. Pourtant, lorsque nous sommes sur-sollicités au quotidien, le mieux est de privilégier une activité douce et relaxante ». On peut alors opter pour le Pilates, le stretching, le yoga ou le tai-chi, où la recherche de quiétude fait partie intégrante du processus sportif. « Au cours de ce type d’activité, chacun est amené à réfléchir tout en travaillant sur les muscles profonds, la posture et la respiration, décrypte Nicolas Jeansoule. Rien à voir avec la performance. C’est plus cérébrale et c’est en ce sens que ces disciplines sont particulièrement apaisantes ».

Les paramètres psycho-sociaux ont, eux aussi, leur importance. On évite les cours collectifs en salle, « comme le step, la Zumba ou le Boby Attack qui, en plus d’être trop stimulants, se déroulent sur fond de musique forte et à des rythmes effrénés, les fameux BPM », note Mourad Boukhari. Depuis une étude du Dr Costas Karageorghis*, réalisée en 2010, on sait que les BPM (battements par minute), influencent le rythme cardiaque qui tendra à se caler sur le même tempo. Et plus le rythme cardiaque est rapide, moins l’apaisement est au rendez-vous. Un phénomène renforcé par le fait que ces cours collectifs sont souvent très fréquentés. On mise donc plutôt sur des séances en petits groupes, de deux à trois personnes, où le coach peut être à 100% à l’écoute et répondre aux besoins particuliers de chacun.

Dans tous les cas, on essaie de se tenir à un rythme régulier, à raison de deux séances de 45 mn à une heure par semaine, la fréquence optimale pour rééquilibrer au mieux son système neuropsychologique.

 

Je veux mieux dormir

« Pour être dans des conditions favorables à l’endormissement, il est avant tout conseillé de ne pas faire de sport après 20 heures, puisque le cerveau doit avoir le temps de « déconnecter » avant d’aller dormir », assure Mourad Boukhari. En journée ou juste après le travail, on peut alors opter pour du stretching ou du Body Balance qui, en plus de se dérouler dans une ambiance apaisante, font la part belle au relâchement musculaire et par extension, à celui de l’esprit. « Il est vraiment indispensable de bannir les sports trop intensifs qui stimulent la sécrétion endocrinienne et d’adrénaline, provoquant un « shot » d’énergie peu recommandé pour les individus au sommeil léger », conseille Nicolas Jeansoule. Le Pilates, le tai-chi, le vélo, la danse ou le renforcement musculaire léger sont aussi des alliés « zen ».

Qu’importe l’activité choisie, il est essentiel de ne pas la pratiquer après un repas pour ne pas freiner la digestion, ce qui pourrait entraîner une fatigue inutile. Les bons créneaux ? Entre dix heures et midi le matin, et entre quinze heures et dix-sept heures l’après-midi. « Idéalement plutôt sur des jours de repos, bien que ce ne soit pas toujours simple », ajoute Nicolas Jeansoule.

Mais pour mieux dormir, il faut aussi repenser ses habitudes de vie. Le soir, il est important de respecter les cycles circadiens de sommeil pour ne pas « louper » la fenêtre hormonale propice à l’endormissement. C’est simple, dès que l’on sent les premiers signaux de fatigue, il faut aller dormir. « Je conseille aussi de trouver sa propre routine « sport + coucher », conclut-il. Se tenir à des habitudes qui nous font du bien est la garantie de trouver un rythme apaisant et d’enclencher un cycle vertueux garantissant un meilleur sommeil. Enfin, on privilégie une alimentation saine et équilibrée, tant pour le bon fonctionnement biologique que pour l’effet positif sur l’attention que l’on porte à son corps. »

 

*Directeur du centre de recherche sur la musique dans le sport à l’Université Brunel de Londres.

 

Retrouvez toute l'actualité de Mourad Boukhari (www.mboukhari.fr) et Nicolas Jeansoule (www.startnsport.com) sur leurs sites internets.

 

(Photo : Martin Rusch)

Commentaires

Bonjour,
Un grand merci à Mourad Boukhari pour tout ces bons conseils sur le sport.
Bonne journée à toute la rédaction de VB Magazine !

Écrit par : Meriem-Sabine | 28/11/2014