, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Le badminton: comment s'y mettre ? | Page d'accueil | Zoom sur Absolutelyfaaabulous.com »

15:3919/08/2014MOOD

Le badminton : sport hype de l'été 2014

badminton,sport,tendance,été

C’est une des grandes tendances de cet été. Convivial, drôle 
et sportif, le badminton a tout bon ! Par Elsa Margot-Amari.

 

 


Ah, le léger bruissement du volant qui percute les cordes de la raquette, les parties endiablées entre cousins, les pieds dans l’eau… J’avais 10 ans, un maillot fluo et les genoux cagneux. Aujourd’hui, j’ai un maillot noir -gainant et les genoux un poil plus enrobés.

Mais pas question de me terrer sous le parasol en écoutant les mouettes. Je veux bouger, profiter, m’amuser sur le
sable. Et si je peux me muscler par la même occasion, c’est parfait (ah ! m’offrir un double cornet vanille--chocolat sans culpabiliser). Justement, mes neveux installent un filet de badminton. Je leur explique que c’est le it-sport de l’été. Ils ricanent en regardant mon paréo : « Alors, tu viens jouer, -tantine ? » Ils vont voir, les insolents !

Sauts de cabri et mental d'acier

Je fais équipe avec ma fille, et je sens son regard plein d’espoir (à moins que ce ne soit de l’ironie) lorsque j’exécute quelques mouvements d’étirements, histoire de gagner du temps. Cette fois, c’est parti, le volant fuse dans ma direction. Miracle, je le renvoie illico de l’autre côté du filet. Pas le temps de m’autocongratuler qu’il est déjà de retour, et je réalise qu’il va me falloir bouger sans cesse, courir de droite à gauche, d’avant en arrière et rester hyper attentive. Je comprends mieux pourquoi le badminton, sport de raquette le plus rapide du monde, est une discipline olympique. Il est, paraît-il, possible de faire une douzaine d’échanges en moins de dix secondes, avec des vitesses de volant qui dépassent les 230 km/h. Très clairement, je n’en suis pas là. J’essaie simplement de renvoyer l’objet volant identifié dans la mesure de mes moyens, en évitant surtout d’estropier ma fille au passage. Pour ne pas nous assommer mutuellement, nous avons d’ailleurs établi un code de communication : « Je l’ai ! » Sobre, mais efficace.

Notre partie déchaînée devient l’attraction de la plage. Même le maître nageur sauveteur nous lance des regards (quoi ? faudrait-il me réanimer ?). Mais pas question de me déconcentrer. Bon pour la forme, le badminton active aussi les neurones: il demande de la tactique, de la coordination, il faut viser les angles morts, feinter, smasher. Pour anticiper la réaction de l’adversaire, mieux vaut être réactif et précis dans ses gestes. Sans compter que le vent est aussi à prendre en compte : le volant est très léger et sa trajectoire facilement déviée. Mes neveux ont beau être de grands gaillards, ils n’ont que la force pour eux. Alors que ma fille et moi sommes la finesse et l’intelligence incarnées… Je pense à me replacer rapidement pour économiser mon souffle (capital), je me sens de plus en plus à l’aise, et les encouragements fusent.

Calories brûlées et silhouette galbée

La partie est finie. Nous n’avons pas gagné, mais presque. On s’est surtout beaucoup amusés. Pour une démonstration de grâce, je repasserai… mais qu’est-ce que j’ai ri ! Après avoir bu un demi-litre d’eau, je cours me baigner. Je sens que ça tire, que mes muscles ont travaillé.  Revanche demain, même heure, même endroit ? Et comment ! Enfin, si je ne suis pas percluse de courbatures…

(Illustration: Chris Arran)

 

Commentaires

J'adore ton article. Moi le badminton ça date du collège lol. Mais tu m'as donné envie de reprendre

Écrit par : avousdeplaire | 19/08/2014

Chère avousdeplaire, on vous encourage vivement à reprendre. Le badminton, c'est intense certes, mais c'est surtout une bonne partie de rigolade.
La rédaction

Écrit par : la rédaction | 21/08/2014