, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Zoom sur : Little Sweet Poison.com | Page d'accueil | My sexy body »

09:0014/07/2014NEWS

Santé news

santé,bien-être,news,nouvelles,actualité

Tour d'horizon des infos santé qui font parler. Par Sylvia Vaisman


Iron woman

Vous souffrez de maux de tête juste avant ou au tout début des règles ? Vos seins sont douloureux et vos jambes lourdes, votre ventre est ballonné et votre moral en berne ? Comme 70 % des femmes, vous pâtissez du syndrome prémenstruel dû au chamboulement hormonal de la fin de cycle. Des médecins américains de l’université du Massachusetts semblent avoir trouvé la solution pour vous délivrer naturellement de ce fardeau. Selon leur étude, menée auprès de trois mille femmes volontaires durant dix ans, une alimentation riche en fer d’origine végétale diminue de plus de 40 % l’intensité de ces troubles. Si les effets sont perceptibles dès 20 mg de fer par jour (soit 50 g de persil, 200 g de lentilles ou quelques branches de thym), la baisse des symptômes est vraiment significative à 50 mg. Et elle est encore plus spectaculaire lorsqu’elle est associée à un apport élevé en zinc (huîtres, pain de seigle complet, germes de blé, graines de sésame, poudre de cacao ou noix). Conjugués, ces deux minéraux agiraient en boostant la production de sérotonine dans le cerveau. Il serait dommage de s’en priver. (Source : American Journal of Epidemiology).

 

6 semaines

Ce serait la durée d’exercice physique suffisante pour qu’un adulte sédentaire améliore sa santé et ses fonctions cognitives. À preuve : des chercheurs américains de l’université du Texas ont suivi deux groupes de volontaires, les uns soumis à trois séances d’une heure de vélo ou de tapis de course par semaine, les autres à aucune contrainte particulière. Au bout d’une quarantaine de jours seulement, les bénéfices étaient déjà patents. Ceux du premier groupe présentaient une meilleure forme cardiaque et pulmonaire que les seconds. Leurs scores aux tests de mémoire et de concentration se sont également révélés supérieurs. Des analyses plus poussées ont en effet montré une nette augmentation de l’irrigation de certaines régions de leur cerveau, en particulier l’hippocampe (l’une des premières atteintes par la maladie d’Alzheimer) et le cortex cingulaire antérieur, qui joue un rôle dans l’attention et la capacité à réguler ses émotions. (Source : Frontiers in Aging Neuroscience.)

 

Une nouvelle arme antidouleur

L’ocytocine, hormone impliquée dans la montée de lait après la naissance et l’attachement maternel,
calmerait les douleurs chroniques en réduisant l’excitabilité des nerfs qui transmettent le message douloureux de la moelle épinière au cerveau. Cette découverte de chercheurs du CNRS ouvre une
nouvelle perspective pour soulager les rhumatismes inflammatoires et les sciatiques persistantes. (Source : The Journal of Neuroscience).

 

Observer le cerveau par un hublot

Pour suivre l’évolution d’une pathologie cérébrale et même dans certains cas pour la traiter, la boîte crânienne est un obstacle. D’où l’idée des biologistes de l’université de Californie : poser un implant transparent à la place d’une partie des os du crâne afin d’avoir un accès permanent à ce qui se trouve en dessous. De la taille d’une pièce de deux euros, ce hublot en céramique permettra d’observer facilement la progression d’une lésion cérébrale traumatique ou d’un cancer du cerveau, mais aussi de traiter une tumeur par ultrasons ou rayon laser. Une opportunité aussi pour explorer au microscope le fonctionnement de groupes de neurones invisibles par imagerie médicale (scanner ou IRM). Avant de crier victoire, reste tout de même à le tester sur l’homme. (Source : revue Nanomedicine, Nanotechnology, Biology and Medicine).

Photo : Frédéric Farré