, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Inès, Catherine, Tilda... et Roger Vivier | Page d'accueil | IXXI, l'anti-âge végétal à l'extrait de pin »

08:1314/03/2013Ils font le buzz..., MOOD, News, World esthetic

Le placenta coup de jeune

 

Injections anti-âge, placenta, anti-rides, médecine esthétique

Des injections de placenta pour une peau plus jeune ? Plutôt gore… Au Japon, cette technique existe depuis plus de vingt ans. Et l’Europe commence à s’y intéresser !

De notre envoyée spéciale 
Emmanuelle Bassmann

Le placenta humain est l’un des plus vieux remèdes et élixirs de beauté du monde. Marie-Antoinette s’en tartinait le visage, comme bien avant elle Cléopâtre, qui lui -trouvait des vertus rajeunissantes.
Au Japon, depuis les années cinquante, on l’injecte en intraveineuse sous supervision médicale pour soigner des pathologies aussi diverses que les symptômes de la ménopause, la mauvaise circulation sanguine ou des maladies 
du foie telles que l’hépatite.
En médecine esthétique, il est utilisé en injections sous-cutanées anti-âge, une méthode qui a depuis plusieurs années ses adeptes également aux États-Unis et qui fait une percée discrète en Europe.


Les dermatologues nippons utilisaient le placenta depuis des décennies en application cutanée pour soigner les dermatites atopiques (type eczéma) et l’herpès. Très vite, ils ont observé ses bénéfices régénérants sur la peau, ce qui a fait de lui l’un des cocktails antirides et whitening les plus prisés au pays du Soleil-Levant. Normal, cet organe est naturellement concentré en hormones (la DHEA, notamment), vitamines (A, D, E, K), minéraux, acides aminés, sucres antiglycation, facteurs de croissance et cytokines, ces petits vecteurs essentiels à la communication des cellules. 

DES RISQUES VRAIMENT LIMITÉS ?

La société Japan Bio Products Co. Ltd, l’une des leaders sur ce marché, se fournit auprès des maternités japonaises et en Corée du Sud. Visiblement, il n’y aurait jamais eu de problème de transmission de maladie via le placenta. Les donneuses sont soumises à des tests afin de s’assurer qu’elles ne sont pas porteuses d’un ou plusieurs virus, comme celui du sida ou de l’hépatite, pour ne citer que les plus connus.

L'ESPAGNE, PIONNIERE EN EUROPE

En Europe, les praticiens qui utilisent cette technique sont peu nombreux. À Alicante, en Espagne, le Dr Vicenta Llorca Perez, médecin généraliste formée à la médecine esthétique, pratique la mésothérapie aux extraits de placenta humain sur le visage, le cou et le dos des mains depuis trois ans.
La séance commence par une injection d’extrait placentaire dans l’hypoderme (le derme profond), suivie d’une seconde plus en surface d’acide hyaluronique non réticulé pour hydrater la peau.
Le rajeunissement est global avec des résultats spectaculaires sur le teint : éclat, disparition de taches et autres imperfections en deux semaines, pores et grain de peau affinés, fermeté et élasticité retrouvées.
Bon à savoir : les effets durent six mois, plus longtemps que tout autre type d’injection. Et il faut compter 100 € pour une séance.

L'AVIS DE VB :

Nous préconisons la prudence. Les injections 
d’extraits placentaires n’ont toujours pas l’agrément des autorités de contrôle européennes. D’ailleurs, 
le Dr Perez importe le placenta du Japon.
À Votre Beauté, nous estimons que la traçabilité des produits, avec marquage CE, est indispensable, même si l’on nous affirme que les produits nippons sont sûrs. 
Le risque de transmission de maladies orphelines 
non détectées ne saurait être totalement écarté.


Infos sur : http://jbp.placenta.co.jp/