, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« À GAGNER : 10 routines belle peau signées Filorga | Page d'accueil | SOMMAIRE VB MAI 2013 »

11:3407/02/2013Les partis-pris d'Inès

AU LIT OPATHIE

ines.jpg

Ma petite lectrice et dorénavant amie, tu dois savoir que pour toi je suis un véritable cobaye de l’extrême. Oui, 
ton magazine préféré n’hésite plus à me confier les missions les plus aventureuses afin de te donner une information 
vérifiée. Il faut avouer que ma gentille patronne et moi-même visons le prix Peaulitzer.


Cette fois, on m’expédie dans le XVIIe (arrondissement) 
afin de découvrir l’ostéolift. Le quartier est, semble-t-il, 
le ghetto des médecins, et je me retrouve dans un de 
ces immeubles où les poussettes garées près de l’ascenseur 
s’imprègnent doucement de l’odeur de la soupe du soir. 
Des souvenirs de visites chez le pédiatre me reviennent, et 
Mme G., ostéopathe de son état avec laquelle j’ai rendez-
vous, me rassure en m’expliquant qu’elle s’occupe généralement des bébés. Moi, c’est surtout une peau de bébé 
que je cherche à avoir. Tandis que cette experte me décrit 
des formes de crânes étranges diagnostiqués sur des 
poupons insomniaques, elle me masse les trapèzes et le crâne, appuie sur des points de réflexologie plantaire, m’applique 
des huiles essentielles sur le visage, évoque l’acupuncture, me détend la mâchoire, me vante les mérites du son d’un gong 
tibétain (vu au Salon zen, porte de Champerret, 150 €), d’une alimentation équilibrée, du yoga, de la méditation et, bien sûr, de l’ostéopathie, moi, j’ai soudain une révélation !

Depuis que je suis grand reporter (il faut nommer un 
rat un rat), j’ai découvert tout un monde de praticiens qui, 
avec des moyens totalement naturels, vous donnent 
bonne mine, et plus j’explore ce monde merveilleux plus 
je retrouve des similarités. Rien ne se contredit et on 
s’applique à lutter contre les effets du temps et du stress 
en détendant ses zygomatiques, mais surtout, surtout : 
ON PASSE UNE HEURE À NE RIEN FAIRE !

Oui, ma petite surmenée du bocal, toi qui arpentes 
les supermarchés à la recherche de surimi tout en tapant 
des textos, qui te réveilles exténuée et n’as toujours 
pas conduit ta voiture au contrôle technique, eh bien j’ai 
découvert ce qui nous manque à toutes : le repos sans 
culpabilité. En effet, chez chacun de ces génies du bien-être, 
il faut s’étendre, fermer les yeux et… éteindre son téléphone ! Forcément, l’épiderme est transformé. Donc, sans vouloir retirer de compétences et de talents à tous ces praticiens, 
ma prochaine expérience sera cette mission de l’impossible : « Je reste allongée chez moi à ne rien faire ! » Hum… J’irai 
juste chercher le prix Peaulissée…

Par Inès de la Fressange

Photo Benoît Peverelli