, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« À GAGNER : L'ANTISÈCHE D'AUTOMNE PAR VICHY | Page d'accueil | Testé pour vous: le massage chinois liftant, ou le sortilège des rouleaux de jade »

18:3515/11/2012En pleine forme(s)

Le kalari: réveiller la guerrière qui sommeille

kalari-l-usine-beaubourg-10733014zvdwd_2041.jpg

Véritable retour aux sources des arts martiaux, ce sport d’origine indienne mêle auto-défense, méditation et danse en s’appuyant sur le comportement des animaux. Une discipline d’une richesse insoupçonnée, idéale pour développer son physique… et se forger un mental d’acier. par Charlène Favry


À une époque où les concepts fitness s’égrènent à toute vitesse, javoue avoir été un peu sceptique à lidée de tester le nouveau sport à la mode: le kalari. Un mix de yoga et darts martiaux, me souffle-t-on. Côté yoga, je me défends assez bien: en bonne Parisienne «sur-stressée», je pratique depuis dix ans avec plus ou moins de régularité. Les arts martiaux, en revanche, cest une autre histoire. Ma connaissance en la matière se résume àKaraté Kid, et encore, je pense que mon intérêt était plus lié à mon crush préadolescent pour Ralph Macchio qu’à mon envie de maîtriser le mawashi geri. Curieuse, je tente néanmoins lexpérience.

Légendes indiennes. Dès la première minute du cours, mes préjugés s’évanouissent. Le kalari est en fait lun des sports les plus anciens qui soient. «Son nom vient de kalaripayatt, qui signifie, en dialecte indien, gymnase (kalari) et combattre (payatt), explique Jérôme Froment, le coach qui assure la séance. Il sagit dun art martial non violent qui permet de sancrer dans la terre et de re-prendre contact avec soi-même.» Les légendes indiennes rapportent quil y a très longtemps, dans le Kerala, les villageois sinspiraient des mouvements danimaux pour apprendre à se défendre. Ces gestes auraient ensuite été exportés par un moine combattant pour donner naissance au kung-fu.

Mais pourquoi est-il si peu connu en Occident? «Le kalaripayatt a vécu son âge dor en Inde pendant la période féodale mais a décliné sous lempire britannique, précise Jérôme. On y revient aujourdhui grâce au boom des gyms douces et à lintérêt grandissant pour layurveda, une autre discipline indienne complémentaire à la pratique.»

Un ballet de postures exigeant. Après un échauffement des articulations et des respirations d’éveil, nous partons à la rencontre des animaux. L’éléphant, le paon, le lion, le cobra, le chat et le cheval donnent lieu à des enchaînements plus ou moins complexes qui demandent un vrai travail de concentration, de coordination et de mémoire. Certains rappellent la danse contemporaine, tant ils sont fluides et gracieux. Du moins, quand le prof les exécute. Cest difficile mais je maccroche: je trouve tous ces mouvements à la fois intenses physiquement et beaux formellement.

À mi-parcours, un déclic se produit: je me sens à laise dans la posture du lion avançant toutes griffes dehors vers sa proie. «On rencontre assez vite lanimal dans lequel on se sent bien», précise Jérôme, heureux de voir que jai «mordu» à lhameçon. Au fur et à mesure que je transpire et que mon rythme cardiaque saccélère, je prends un vrai plaisir à me déplacer dans lespace sur des lignes imaginaires: posture de garde, mains tendues comme des flèches de part et dautre du visage, lancers de jambe circulaires, enchaînement lion-cobra-cheval Mais je memmêle sérieusement les pinceaux: ce «ballet animalier» est-il à la portée de la danseuse novice que je suis? «Le premier cours est toujours hésitant mais le kalari donne rapidement une grande satisfaction physique et mentale», insiste Jerôme. Cest vrai: au bout dune heure, je suis épuisée mais aussi étirée, déliée, apaisée et surtout très satisfaite de moi. Une révélation! On recommence quand?


Où pratiquer?

À LUsine Beaubourg,à Paris, Jérôme Froment donne un cours chaque jeudi pour les abonnés du club. Pour les non-abonnés, il y a un tarif à la journée (50 €) qui donne aussi accès aux autres cours et installations :www.usineopera.com/beaubourg

Autres adresses sur le site http://kalaripayatt.blog.kazeo.com qui liste les professeurs exerçant dans différentes régions.

Pour des stages plus poussés, rendez-vous sur le site de Philippe Colinet, lun des pionniers du kalari en France: www.kalaripayatt.org

 © photo L'Usine Anthony Ghanassia