, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Le NIA, la nouvelle gym qui fait le buzz | Page d'accueil | Le nouveau repaire des beauty globe-trotteuses »

18:4725/05/2012

Coup de gueule: Je suis noire et je n'aime pas la noix de coco!

blog_VB852_coupdegueule.jpg

Vous l'avez aimé dans le dernier numéro de VB, il a suscité de nombreuses réactions, et plusieurs internautes ont demandé à pouvoir lire aussi ici sur notre (votre) blog. Chose promise, chose due, le voici donc in extenso. N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires!


Pourquoi affubler la plupart des crèmes estampillées "peaux noires" d'odeurs de noix de coco, de chocolat ou de vanille? Je ne sais pas vous, mais moi je déteste. Ont-elles vraiment besoin d'avoir un parfum si particulier? 

par Chantal Soutarson

Soyons franches, longtemps, la communauté noire a fait partie de ces minorités invisibles qui nintéressaient pas le marketing cosmé-tique européen. Et puis lenvie de capter ce nouveau marché dans lequel tout restait à faire a incité certaines marques à développer des produits spécifiques pour peaux foncées. Pour le meilleur, mais aussi parfois avec une étonnante maladresse

Oui aux fonds de teint…

et autres correcteurs qui nous permettent à nous aussi davoir un teint uniforme et lumineux. Car ce nest pas parce quon a la peau noire quon a forcément un joli teint ou «bonne mine» tous les jours. Quand certains matins, au réveil, je me vois virer au verdâtre dans le miroir, je comprends très vite quune mine éclatante nest pas quune affaire de mélanine. Nous aussi, nous voulons -pouvoir camoufler nos taches, voiler nos cernes et planquer nos imperfections. Jusquau début des années deux mille, c’était quasiment mission impossible. Nous étions obligées de dépenser beaucoup dargent en produits -dimportation made in USA, seul pays à avoir développé une vraie offre maquillage et soins pour peaux noires. En France, on ne trouvait jamais la bonne teinte, trop pâle ou trop grise car certains ingrédients, comme le mica, avaient une fâcheuse tendance à laisser sur la peau une sorte de voile opaque. Il aura donc fallu attendre le XXIe siècle pour que les -cosmé-tologues «dici» commencent à réaliser que nous aussi nous «le valons bien».

Aujourdhui, la femme noire qui vit en Europe dispose de fards à paupières ultra pigmentés qui restent visibles une fois appliqués. Eh oui! ce type de peau a tendance 
à «absorber» les couleurs. Une particularité qui avait dûéchapper totalement aux formulateurs. Mais les marques semblent enfin vouloir prendre en compte ce critère. Et côté fonds de teint ou correcteurs, certaines autrefois exclusivement consacrées aux peaux caucasiennes -présentent désormais des collections qui couvrent un plus large spectre de carnations. Comme les Afro-Américaines dans les années soixante, nous avons nous aussi, quarante ans après, vu émerger des «petites» -marques de maquillage ciblées capables de proposer tous les tons possibles, puisquon évalue à une bonne trentaine le nombre de nuances de peaux noires, de la plus métissée à la plus foncée. Enfin, on progresse! Cependant, des efforts restent à fournir pour les autres car créer deux ou trois teintes dites «ethniques» au milieu dune foison de roses et de beiges, cest un peu léger. Mais restons posi-tives, passer de zéro à deux, c’était déjà presque Bysance, alors dici à vingt ou trente ans, qui sait?

Non aux parfums “des îles”

Ça se corse lorsque lon regarde du côté des soins hydratants visage et corps ou des soins cheveux. Les peaux -noires ont tendance àêtre sèches, très sèches même. Une -particularité accentuée par les changements clima-tiques de nos latitudes. En hiver, cest vraiment criant: elles -deviennent grises, se craquellent, grattent, sirritent -parfois... Aussi, depuis que les grands marchés se préoccupent de notre beauté (et de notre pouvoir dachat!), -certains laboratoires ont décidé de fabriquer des lignes de soins hydratants pour «peaux noires et métissées». Les -formules sont irréprochables et lintention serait louable sans ces horribles -effluves de noix de coco ou de vanille, quand ce nest pas de cacao, qui sen dégagent. Et là, jaimerais quon -mexplique le rapport entre un soin empestant la noix de coco et la peau noire ou le cheveu crépu.

Je sais que les services marketing sappuient sur des -études qui, a priori, ont toutes les raisons d’être fiables mais j-e voudrais bien connaître la genèse de ce concept de génie.  Et jai peur, en y réfléchissant, darriver à cette conclusion désastreuse: «Bah! la noix de coco, la vanille, le chocolat, et par extension le soleil, les îles, toutes leurs origines, quoi! LAfrique ou les Antilles, peu importe, pourvu que ça leur rappelle quelque chose, le pays… »

Stop! Moi, quand je sens ces effluves, je me pose une seule question: en quoi ces parfums pourraient-ils m’évoquer quoi que ce soit? Mes parents sont antillais, installés en banlieue parisienne depuis plus de cinquante ans. Je suis née de ce côté-ci de lAtlantique. Jai grandi dans la périphérie de Paris et mes premières noix de coco ou gousses de vanille, je les ai vues au rayon fruits et légumes dun -centre Leclerc près de chez moi! Quant au chocolat, jen suis une fan absolue quand il sagit dengloutir une tablette presque entière si lenvie men prend. Mais de làà vouloir en sentir lodeur sur ma peau La nostalgie du pays – comment vous dire? –, cest un concept qui m’échappe totalement.

Ce n’est pas de la parano

Ce que je recherche, comme toutes les autres (noires ou blanches), dans un produit de soin, cest avant tout une bonne formule et, heureusement, il en existe un certain nombre. Cest pourquoi je trouve particulièrement inutile, voire ambigu, de créer des lignes de soins ciblées peaux noires et cheveux crépus, a fortiori lorsquelles sont -affublées de packagings jaune-marron franchement laids et de senteurs pseudo-exotiques, souvent assez cheap.Je vais même jusqu’à penser que cest contre-productif. Jy vois un côté stigmatisant très énervant. Daucuns diront que je suis paranoïaque, voire que je mintéresse à des -choses finalement assez futiles, et quil se passe des -choses bien plus «sérieuses» et plus graves qui méritent quon sy attarde. Pourtant, je ne pense pas que ce sujet soit aussi anodin quil y paraît.

Où est la limite? Imaginez dans quelques années que pour séduire les populations dorigine asiatique et indienne, on en vienne à concocter des crèmes à la papaye verte, à la sauce soja ou au curry. Et pourquoi pas des soins au beurre salé pour les Bretons? Au secours!

NDLR: Le titre de cet article est un clin dœil au livre de Gaston Kelman, Je suis noir et je naime pas le manioc (éd. Max Milo).

 

Commentaires

et bien je suis solidaire,
j ai une peau de rousse et je n aime pas la noix de coco non plus ;)
les soins au beurre salé pour les bretonnes c'est une idee ahahah
tant qu a marseille on ne se parfume pas a la bouillabaisse
mdr

Écrit par : maga-micka | 01/06/2012

je trouve cette article exagérer et sans fondement ! Non tous les produits cosmétiques afro ne sentent pas tous la noix de coco!! et d'ailleurs si en tant qu'enfant née de parent antillais on voit sa première noix de coco à leclerc c'est déjà qu'il y a un énorme souci .De plus il existe maintenant des marque française de produits afro naturel comme noireonaturel ou les secrets de loly et aucun de leur produits ne sentent la noix de coco ,le cacao ou la vanille particulièrement . Leurs packaguing n'ont pas cet aspect "cheap" dont vous parlez . Alors merci d'avoir plus d'information avant d'écrire un article coup de gueule sur les cosmétiques afro parce que je n'ai pas l'impression qu'il font parti de votre quotidien . MERCI

Écrit par : ebonyglows | 13/06/2012

Bonjour d'abord,

Je n'ai absolument pas généralisé mon propos si vous lisez bien le texte. Et si j'ai vu ma première noix de coco dans une grande surface, c'est que je n'ai pas eu la chance, contrairement à d'autres, d'aller aux Antilles avant un certain âge, ce n'est donc pas un "énorme souci" (y'a pire dans la vie, non ?), juste une question de moyens... D'autre part, je ne choisis pas mes produits en fonction de ma couleur de peau, à part ceux pour le teint bien sûr. Pour une simple crème hydratante, je ne vois effectivement pas l'intérêt de choisir une marque estampillée "afro", vu que sa formule ne m'apportera rien de plus qu'une crème lambda. Voilà, c'est dit. Chantal

Écrit par : soutarson | 15/06/2012

je suis d'accord avec vous sur une partit du texte , et en désaccord avec tous le reste je trouve que c'est important d'avoir des marques spécialisées pour les peaux et cheveux afro car nous avons pas les même besoins qu'une peaux caucasienne.Pour reprendre votre exemple de crême une peaux caucasienne va en mettre seulement dans les période de grand froid généralement tandis qu'une peaux noire en a besoin toute l'année . Les textures des crême doivent être plus riche pour être efficace . Deplus pour se qui est des antilles certe se n'est pas la fin du monde mais dans l'article il apparait pas comme un manque de moyen il est plutôt pejoratifs donc pour moi il n'était pas jugée utile . Merci quand même d'avoir pris le temps de repondre .

Écrit par : ebonyglows | 16/06/2012

Bonjour à toutes, l'article de Chantal SOUTARSON a le 1er mérite de nous rappeler que normalement nous toutes les femmes nous le valons bien, quelque soit notre couleur de peau ou autre. Moi je suis caucasienne, mon problème n'est pas ma couleur de peau, mais mon tour de taille qui s'est considérablement agrandi suite à des traitements. Une petite anecdote : je suis coquette malgré ma taille, et un jour, j'ai voulu mettre un jean d'une grande marque dont je tairai le nom. Je me présente dans le magasin, demande le jean avec la nouvelle taille, et là, dsl le rayon "mémères et cie ce n'est pas ici". J'ai eu du mal à m'en remettre, aujourd'hui le temps a passé, il n'y a pas très longtemps je me suis rhabillée, et là dans un magasin la responsable m'a dit : les ramages cacheront votre tour de taille et n'en faites pas une obsession. En fait le vrai pb n'est pas la couleur de peau ou autres, le vrai pb aujourd'hui, rentrons dans un moule, moi j'applique un autre adage "au village sans prétention, j'ai mauvaise réputation etc..", Mme SOUTARSON continuez quitte à quelquefois nous bousculer.

Écrit par : eglantine | 17/06/2012

Bonsoir,
Je trouve que cet article fait vraiment "stéréotype" à propos de la peau noire : même moi qui suis asiatique, je ne suis pas d'accord avec les propos de l'article.
J'ai même l'impression que la personne ayant écrit cet article n'est pas "noire", contrairement à ce qui est dit, parce-que si cela aurait été vrai : je pense que cet article n'aurait pas eu lieu d'être.
Et je suis assez déçue, car je trouve que c'est dommage pour un magasine qui est crédible (pour moi), de publier des articles comme celui-ci qui est pour ma part "faux" ou à moitié faux pour certains, car de nombreuses personnes le lisent et vont y croire malgré sa fausseté.
Stéphanie

Écrit par : Stéphanie | 27/06/2012