, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« La bouche en couleur | Page d'accueil | Le jour où je me suis fait repulper les lèvres »

07:1919/02/2010

Fruits exotiques : de savoureux alicaments

Alicaments-fruits-exotiques.jpg
Par Sylvia Vaisman


Grenades, fruits de la passion, goji, noni… Sous les tropiques, on vante les vertus thérapeutiques de ces fruits délicieusement exotiques.
Les chercheurs aussi qui leur attribuent, preuves à l’appui, d’innombrables bienfaits.

Encore rares il y a dix ans et réservés à la clientèle des épiceries fines, les fruits exotiques exhibent désormais un peu partout leurs formes étranges et leurs couleurs insolites. On les trouve de fait actuellement à un prix accessible sur la plupart des marchés, dans les grandes surfaces et les boutiques des quartiers chinois.
C’est le moment d’en profiter, d’autant que chacun d’eux est doté de qualités intrinsèques distinctes, complémentaires des autres aliments.

DES ALICAMENTS AUX ATOUTS SANTE INDISCUTABLES

Santé- fruits-exotiques.jpg

Le principal point commun tous ces fruits est leur extraordinaire richesse en vitamines et en antioxydants.
Certes, tous les fruits et légumes en renferment, c’est pour cela qu’il faut consommer au moins cinq végétaux différents par jour pour rester en bonne santé.
Mais « ceux originaires des pays tropicaux sont particulièrement intéressants puisqu’ils poussent dans des conditions climatiques difficiles, qui l
es contraignent à synthétiser des composés de défense spécifiques, et qu’ils arrivent à maturité juste au moment où c’est l’hiver chez nous », constate Véronique Liégeois, diététicienne et auteur de Mon régime anti-cancer (éd. Solar).
Il est vrai que nos pommes et nos poires font pâle figure à côté d’eux.
C’est justement la teinte et la texture singulière de beaucoup de fruits exotiques qui les hissent
au sommet du palmarès des aliments santé.

Santé-mangue.jpgLa mangue, par exemple, est l’un des fruits comestibles les plus riches au monde en bêta-carotène, un pigment précurseur de la vitamine A, indispensable pour contrer le vieillissement de la peau, des yeux et du système cardio-vasculaire. Elle en contient environ 3 mg pour 100 g de chair, soit beaucoup plus que nos deux champions nationaux, le melon (2 mg) et l’abricot (1,6 mg).

La goyave reste méconnue du grand public. Pourtant, c’est le fruit le mieux doté en vitamine C (243 mg pour 100 g en moyenne, et jusqu’à 450 voire même plus de 900 mg dans certains cas), essentielle au bon fonctionnement du système immunitaire, à la fixation du fer et à la protection de certains cancers.

Le fruit de la passion, dont le prix est devenu très abordable, en recèle également des quantités non négligeables. Mais il se distingue surtout par sa forte teneur en fibres solubles et insolubles qui sont excellentes pour le transit, la vitalité de la flore intestinale et la lutte contre le surpoids : 7,3 g pour 100 g de pulpe, un record pour un fruit frais !

Le litchi, devenu incontournable en période de réveillons, arrive en deuxième position du classement des fruits pourvoyeurs de polyphénols – les rois des antioxydants –, établi par Pierre Brat, biochimiste au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Avec ses 222,3 mg pour 100 g, il arrive juste après la fraise (263,8 mg) mais devant le raisin (195,5 mg).

Leur utilisation ancestrale comme plantes médicinales dans leur pays d’origine ne semble donc pas totalement usurpée.
Plus que de simples desserts aux parfums venus d’ailleurs,
ces fruits sont ainsi en passe de s’imposer comme de véritables alicaments.
« L’idée n’est pas de faire des cures de mangues ou de goyaves, mais de les intégrer dans nos menus pour diversifier encore davantage notre alimentation et accroître sa valeur nutritionnelle », conseille Véronique Liégeois.

LISEZ LA SUITE !



LA GRENADE PROTEGE LES ARTERES ET LES ARTICULATIONS
Santé- grenade.jpg

Symbole de santé et de longévité en Asie et au Moyen-Orient, la grenade fait l’objet d’un regain d’intérêt dans la communauté scientifique.
De nombreux travaux lui sont consacrés depuis quelques années. Les résultats obtenus sont plutôt surprenants. Véritable concentré d’antioxydants, ce fruit rempli d’arilles grenat protège le système cardio-vasculaire mieux que tout autre. Des biologistes israéliens de l’université de Haïfa ont découvert que l’absorption quotidienne de jus de grenade (un grand verre) diminue la tension artérielle (de 21%) et le taux sanguin de mauvais cholestérol (LDL), ce qui réduit notablement les risques d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral. Après une année d’un tel régime, les patients suivis ont vu l’état de leurs artères s’améliorer nettement : l’épaisseur de la paroi de leur carotide, un indicateur fréquemment utilisé pour suivre la progression de l’athérosclérose, s’est réduite de 30 % tandis qu’une augmentation de 9 % a été observée chez ceux qui n’en ont pas consommé.
Ce
progrès spectaculaire serait dû à la présence de grande quantité de tanins hydrolysables, tels que la punicaline et l’acide ellagique, qui confère à ce fruit un pouvoir antioxydant trois fois plus élevé que celui du vin rouge ou du thé vert.

D’autres études réalisées l’an dernier sur des animaux de laboratoire ont montré que des extraits de grenade seraient aussi efficaces pour soulager l’arthrose. « Ils rompent le cycle infernal de l’inflammation chronique, ce qui réduit la douleur et les lésions du cartilage », explique le Dr Franck Gigon, médecin phytothérapeute et auteur de La vérité sur ces plantes qui soignent (éd. L’Express).

Ce fruit bénit des dieux est également un allié de la peau. Il stimule le renouvellement des cellules de l’épiderme, prolonge la durée de vie des fibroblastes du derme qui produisent les fibres d’élastine et de collagène, et limite les dommages causés par les UV. Avis à toutes celles qui abusent du soleil ! Mais les atouts santé de la grenade ne s’arrêtent pas là.

LA GRENADE, BENEFIQUE AUSSI CONTRE LE CANCER ?

« Ses multiples polyphénols peuvent également jouer un rôle capital dans la prévention et le traitement de certains cancers », affirme le Dr Richard Béliveau de l’université de Québec, une sommité dans le domaine de la recherche contre le cancer. Leur action est patente sur celui de la prostate. Des chercheurs de l’université du Wisconsin ont abreuvé de jus de grenade des souris dans lesquelles avaient été implantées des cellules tumorales humaines. Au bout de quelques semaines, leur prolifération s’est subitement ralentie. D’autres médecins américains, de l’université de Californie, ont démontré que la consommation de 250 ml de jus de grenade par jour freinait de même le développement du cancer chez l’homme. Leurs travaux, publiés en décembre 2006 dans la revue Clinical Cancer Research, attestent que le taux de PSA (un marqueur de l’évolution du cancer de la prostate) se stabilise chez les patients supplémentés en grenade, alors qu’il double en seulement quinze mois chez les autres.

Ce fruit mythique aurait également un impact positif sur le cancer du poumon, dans la mesure où son acide ellagique neutralise la formation des vaisseaux sanguins à proximité des tumeurs. Privées d’apport en oxygène et en nutriments, celles-ci régressent spontanément.

Il serait aussi efficace contre le cancer du sein, mais les études sont encore insuffisantes pour trancher définitivement sur le sujet. Des recherches plus approfondies sont en cours. Patience… En attendant, ne vous privez pas de cet élixir de jouvence.

« L’idéal, bien sûr, est de manger des grenades fraîches entières ou de fabriquer son propre jus. Ils sont plus riches en principe actifs que les jus d’arilles vendus dans le commerce, précise le Dr Franck Gigon. Pour bénéficier d’une protection vasculaire optimale, associez-le à du cacao (chocolat très noir) dont les flavonoïdes exercent aussi un effet hypotenseur et anti-inflammatoire. »



LE GOJI, UN ANTI-AGE MILLENAIRE

Santé- goji.jpg

Autre fruit source de composés actifs : le goji, dont les vertus médicinales sont vantées depuis des milliers d’années en Chine et au Tibet. Si l’on en croit la légende, sa consommation régulière permettrait de devenir centenaire. Difficile à vérifier. Cependant, depuis que le dalaï-lama a annoncé qu’il en était très amateur, cette petite baie rouge est devenue la nouvelle tocade des happy few américains. Les scientifiques ont donc voulu en avoir cœur net. Verdict : elle renferme bien pléthore d’antioxydants, notamment de la zéaxanthine, un composé de la famille des caroténoïdes qui combat le vieillissement de la peau et de la rétine.

Selon une étude parue en avril 2009 dans la revue Clinical Dermatology, il est assez puissant pour protéger le fond de l’œil des rayons lumineux à haute énergie (lumière bleue) et prévenir ainsi le développement d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Le goji regorge également de polysaccharides actifs sur le cerveau. « Un essai clinique sur des adultes en bonne santé a révélé qu’une consommation quotidienne de 120 ml de jus de goji pendant seulement deux semaines améliorait significativement le sentiment de bien-être et les performances neuro-psychologiques », relate le Dr Franck Gigon. D’autres études, menées cette fois sur des rats, révèlent qu’il s’oppose au dépôt des plaques bêta-amyloïdes impliquées dans la genèse d’affections neuro-dégénératives, comme la maladie d’Alzheimer.

Le goji serait en outre un bon anti-fatigue grâce à sa forte teneur en vitamines. Il donne un coup de fouet à l’organisme et évite la survenue de dommages musculaires lors d’un exercice physique intense. C’est sans doute la raison pour laquelle les athlètes chinois en ont fait une cure avant les jeux Olympiques de Pékin. Seul hic : le goji se vend chez nous à prix d’or (80 € le kilo environ) sous forme de fruits secs ou boisson dans les magasins bio.


DU NONI POUR RENFORCER SON IMMUNITE

Santé- noni.jpg

Malgré son odeur nauséabonde, entre le bouc et le fromage avarié (!), le noni mérite aussi le qualificatif de « super fruit ». Pourfendeur des radicaux libres, notamment chez les fumeurs, il booste le système immunitaire grâce à sa forte concentration en pro-xéronine. Les médecins traditionnels polynésiens l’utilisent d’ailleurs depuis toujours comme fortifiant naturel avec, paraît-il, d’assez bons résultats.

Mais ce fruit vert-jaune de la taille d’une pomme de terre possède visiblement bien d’autres cordes à son arc. « En laboratoire, il réussit à inhiber la croissance de nombreuses lignées de cellules cancéreuses. Et, chez l’animal, il démontre un potentiel anti-inflammatoire bien supérieur à celui de l’aspirine », s’enthousiasme le Dr Gigon. « Mais attention, précise-t-il, toutes ces propriétés doivent encore être vérifiées chez l’homme. »

Son pouvoir anti-bactérien semble également prometteur. Tel un antibiotique, le noni neutralise des pathogènes aussi dangereux que les helicobacter pylori (responsables des ulcères d’estomac), les salmonelles (à l’origine de graves intoxications alimentaires) et les staphylocoques dorés, qui peuvent conduire jusqu’à la septicémie. Une prouesse pour un fruit méconnu et si peu avenant. Trouver des nonis frais en France est quasiment impossible. Vous pouvez cependant vous en procurer sous forme de jus ou de comprimés. À éviter tout de même chez la femme enceinte et les personnes atteintes d’hypertension.


L’ACAI, EFFICACE CONTRE LE SURPOIDS ?

Santé-açaï.jpg

L’açaï est plus réputé, surtout aux États-Unis où il est présenté depuis cinq ans comme le végétal le plus antioxydant du monde. Certes, ses polyphénols se révèlent huit fois plus puissants que ceux du brocoli. Mais selon le Pr Beliveau, ils ne détrônent pas ceux de la grenade ou du cranberry (canneberge).

Une étude publiée en septembre 2008 dans la revue Journal of Agriculture and Food Chemistry prétend toutefois que ce fruit violacé d’Amérique du Sud, dont la plante mère donne les célèbres « cœurs de palmier », n’est pas inintéressant pour autant. Ses pigments spécifiques (anthocyanidines et proanthocyanidine) enrayeraient les réactions inflammatoires en chaîne et les dégâts causés par les radicaux libres sur les vaisseaux sanguins. Ils contribueraient ainsi à réduire les risques d’apparition de maladies chroniques, telles que le diabète de type 2, l’ostéoporose ou les troubles cardio-vasculaires.

Mais, une fois encore, ces effets positifs n’ont été mesurés qu’en laboratoire, sur des cellules en culture, et sur des volontaires sains ayant absorbé une boisson contenant du jus d’açaï mais aussi d’autres extraits de fruits (litchis, kiwi, poire, raisin…). Au Brésil, où il est servi glacé sous forme de smoothies, l’açaï a par ailleurs la réputation de faire maigrir. Qu’en est-il réellement ? Impossible de se prononcer dans la mesure où aucune véritable étude scientifique n’a validé son impact sur la perte de poids. Rien ne vous empêche d’essayer, mais n’en attendez pas des miracles !

santé-fruits-exotiques.jpg

GARE AUX IDEES RECUES !

Certains fruits exotiques sont devenus si courants que l’on finit par oublier leur origine lointaine. On croit donc bien les connaître mais ce n’est pas toujours le cas. Il est temps de remettre les pendules à l’heure.

La banane fait grossir. FAUX. Elle produit rapidement un effet de satiété et se compose certes de 20 % de glucides (de l’amidon qui se transforme en sucre simple lors de la maturation). Mais tout est question de quantité. Sa mauvaise réputation vient des tableaux d’index calorique qui affichent 89 calories pour 100 g de banane. C’est énorme comparativement à la pomme qui n’apporte que 50 cal pour 100 g. Sauf que la banane est légère. Sa chair ne pèse en moyenne que 120 g, alors qu’une pomme pèse de 150 à 200 g. Quand vous mangez une banane, vous n’ingurgitez donc pas plus de calories qu’en avalant une grosse pomme.

Le kiwi est le champion toutes catégories en vitamine C. FAUX. Beaucoup moins qu’on le dit puisqu’il ne recèle en vérité que 65 à 105 mg de vitamine C pour 100g, soit un apport moyen de 70 mg par fruit ce qui est équivalent à l’orange. La goyave et la papaye sont de meilleurs pourvoyeurs en vitamine C avec respectivement 188 mg et 94 mg par portion ingérée. De plus, comme il est désormais produit à grande échelle loin de son pays d’origine (la Chine) et cueilli bien avant d’arriver à maturité, il n’a pas le temps de faire le plein de vitamines. Son intérêt aujourd’hui est donc moindre qu’il y a quelques années.

L’ananas fait maigrir. FAUX. Ce fruit est l’un des plus savoureux de la planète mais ses enzymes « brûle-graisses » ne sont qu’une légende. Son composé spécifique, la broméline, n’a aucune action sur les capitons. « En revanche, elle dégrade les protéines et facilite ainsi la digestion des viandes. D’où l’intérêt d’accommoder du porc ou du bœuf avec de l’ananas », affirme la diététicienne Véronique Liégeois. La broméline est aussi efficace pour nettoyer les plaies, soulager l’arthrose et enrayer le rhume.

Le citron est très acide. VRAI ET FAUX. Au goût oui, mais pas pour l’estomac. Au contraire même, son jus est excellent pour les estomacs capricieux dont il combat l’acidité excessive. En effet, l’acide citrique qu’il renferme est oxydé pendant la digestion. Il se transforme alors en carbonate et bicarbonate qui sont des alcalins notoires. Le citron est donc un met de choix pour neutraliser l’acidité gastrique.

Commentaires

Article très intéressant, notamment "gare aux idées reçues", j'ai beaucoup appris sur la banane, le kiwi, l'ananas et le citron que nous consommons plus couramment que les fruits exotiques.

Écrit par : paty | 19/02/2010

Pas faux... C'est vrai que le goji ou le noni, c'est déjà plus dur à trouver !! Merci en tout cas et à bientôt.

Écrit par : Elsa, de Votre Beauté | 19/02/2010

Bonjour,
Article vraiment très intéressant ! On y apprend beaucoup de choses ! ;)

Écrit par : Estelle | 19/02/2010

Merci Estelle... Et bravo d'avoir lu jusqu'au bout, ça vaut la coup ! :)

Écrit par : Elsa, de Votre Beauté | 21/02/2010

Pour toutes les amatrices de mode, sachez que l’agence WM Models organise en ce moment avec EspaceMax (www.espacemax.com) et RadioFG (www.radiofg.com) le concours de top model WM Incoming Comets ouvert à toutes les jeunes filles de 16 à 30 ans. Pour participez c’est très simple, il suffit de s'inscrire sur le site www.incomingcomets.com alors n'hésites plus et inscris-toi !

Écrit par : Célia | 22/02/2010