, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« SOMMAIRE MAI 2009 | Page d'accueil | La beauté, c'est aussi dans l'assiette »

06:4028/02/2009NEWS

Dans la peau d'une blonde, épisode 12

Cheveux-coupe.jpgDans la peau d'une blonde, ou le récit de mes tribulations capillaires des six derniers mois : chaque jour, un nouvel épisode sur le blog...

Vous avez loupé le début ?
Cliquez sur ce lien : Dans la peau d'une blonde, premier épisode.
Episode précédent : Dans la peau d'une blonde, épisode 11.

Episode 12 : sauvée !

"Pas coiffeur", me dit Chantal, ma collègue de bureau et rédactrice-en-chef adjointe du magazine : "co-lo-riste".
Ah d'accord. Eh oui, il existe des pros de la couleur, qui ne touchent pas à une paire de ciseaux, mais qui sont ultra-spécialisés en pigments et autres reflets.
Pour moi, ce sera un certain Rodolphe : ultra-connu des fashion-addicts, il est l'un des coloristes-stars de la capitale.

Rendez-vous est fixé le samedi suivant, et c'est le coeur léger que je me rends dans les quartiers chics, à deux pas de la place Vendôme, au salon "Coloré par Rodolphe" (26-28, rue Danielle Casanova, dans le 1er).
Le nom pourrait faire peur mais dès que je franchis la porte, je suis rassurée.

C'est beau, très beau. Et calme. L'endroit est en fait une sorte de grand appartement au rez-de-chaussée d'un immeuble haussmanien. Il donne dans une cour, il y a des arbres, c'est zen. A l'intérieur, la déco est classe mais pas ostentatoire. Il y a un beau parquet au sol, des miroirs anciens, des plafonds très hauts. On respire.

Rodolphe 1.jpg

Installée dans un canapé moelleux, je sirote un thé en attendant le fameux Rodolphe. Aucune effervescence, tout est tranquille, les pas chaloupés, les conversations discrètes. D'ailleurs, il n'y a pas plus de cinq ou six clients en même temps.

Rodolphe 2.jpgRodolphe arrive et m'entraîne dans une autre pièce pour un "diagnostic".
Il m'installe devant un miroir et... on parle. Je lui raconte mes mésaventures capillaires, il me pose des questions sur ma vie, mon travail, ma famille. Mes habitudes, mon style vestimentaire.

Il est à la fois concentré et chaleureux, professionnel et étrangement proche. Rassurant, aussi : il me dit que mes cheveux n'ont pas trop souffert, que j'ai de la chance.

Loin de descendre les coiffeurs qui m'ont infligé cette couleur, il me dit que tout ça a été plutôt bien fait. Que le problème n'est pas la qualité du balayage, mais le fait que le blond... ne me va pas, tout simplement.

Est-ce une question de teint, de sourcil, de couleurs d'yeux ? Un peu, mais pas seulement.
Il me dit que c'est "ma façon d'être" qui ne va pas avec cette couleur (et tout ce qu'elle représente). Ma gestuelle, ma manière de parler, de bouger mes mains. Il m'écoute, je l'écoute, pas de rapports de force, c'est un vrai dialogue.
Il me dit que toutes les femmes ont, à un moment ou à un autre de leur vie, cette envie irrépréssible de devenir blonde. "Pour vous, c'est fait ! Vous savez que ça ne vous va pas, inutile d'insister, ça ne vous ira jamais". Hum, je crois que c'est clair.

Tout en me parlant, Rodolphe enduit mes cheveux d'une huile nourrissante, histoire de les préparer à la coloration.
Ensuite, il se retire dans son "mini-labo" pour concocter ses mélanges (top secrets), et c'est parti pour deux heures de pose.
La tâche est compliquée : mes cheveux ont subi trois balayages différents, il faut donc adapter la couleur à chaque mèche. Mais on m'explique tout, on me masse le crâne... Je somnole doucement.

Elsa.JPG

Ensuite, je passe au séchage et au brushing; je n'ose pas me regarder tant que tout n'est pas fini.
Je lève les yeux et là, comment vous dire, c'est de nouveau moi ! Ni plus ni moins, c'est juste moi. Mais c'est assez énorme pour que j'aille faire la bise à Rodolphe. Lui, c'est vraiment un amour. Simple, discret, fin, brillant. Je comprends pourquoi le Tout-Paris l'adule.

Je passe à la caisse : c'est cher (autour de 200 €), mais moins que chez Dessange International. Et là, franchement, je comprends ce pour quoi je paie.
Ce que j'apprécie : personne ne me pousse à acheter les produits vendus ici. Je tends pourtant la perche ("Vous me conseillez quoi, comme soins, pour entretenir mes cheveux ?")... Mais non, Rodolphe me répond : "Continuez avce ce que vous utilisez d'habitude, vos cheveux ont l'air semblent apprécier, ils n'ont pas besoin de plus". Bon. Un sans faute.

Je sors du salon, il fait beau, c'est les soldes, la vie est belle.

Epilogue

Le croirez-vous : la semaine qui suit mon retour triomphant au boulot, ma boss me confie la rubrique "Cheveux". Et c'est vrai que j'en ai appris sur la question, en six mois. Je suis in-co-lla-ble.
Comme quoi, les connaissances empiriques, c'est encore ce qu'il y a de mieux...
Quand on vous dit qu'à Votre Beauté, on teste tout, c'est pas de la blague. J'en sais quelque chose...

Commentaires

C'est clair et net : le foncé ça te va mieux que le clair.

Écrit par : clémentine | 02/03/2009

Ah oui, ça je suis bien d'accord. Vous êtes jolie mais encore mieux dans votre couleur. En tout cas merci Elsa pour votre feuilleton, je suis triste que ça se termine. Sans vous conseiller de recommencer ce genre de test périlleux pour vous, faites nous encore rire avec ce genre d'histoire, j'ai adoré !! Enfin un blog vivant et pas juste un de ces supports qui veut nous revendre de tout, ça donne vraiment une touche à votre site, continuer !!

Écrit par : Laura | 02/03/2009

Merci beaucoup Laura, c'est bon un commentaire comme celui-là le lundi matin... A bientôt !

Écrit par : liberty | 02/03/2009

Eh bien moi je préférais en blond !! Cette couleur (châtain foncé), ça fait vraiment passe-partout je trouve. Il faut prendre des risques et oser se démarquer ! Aujourd'hui tout le monde se ressemble, c'est d'un triste... Moi je suis blonde avec des mèches roses, et dans un mois je changerai pour la couleur rousse, à chaque fois je fais mon petit effet, mon mec adore et mes collègues sont toujours surpris, ça donne des sujets de conversation ! Mais ça m'est égal d'être le sujet des ragots au boulot, au moins on parle de moi et je ne passe pas inaperçue. La couleur de cheveux, c'est le meilleur moyen de se faire remarquer, d'affirmer sa différence (plus que les fringues je trouve). Je fais pareil avec le maquillage : un jour femme fatale (smoky eyes etc), un autre jour jeune fille en fleur (blush rose et bleu sur les yeux)...

Écrit par : lisbeth | 03/03/2009

Blonde avec des mèches roses ! Pourquoi pas, mais mon Dieu Lisbeth, c'est votre choix et ce sont vos goûts, Elsa explique très bien ce qui la gênait dans sa nouvelle couleur, et comment elle se sent mieux en châtain. Votre style de vie n'est pas le même, c'est tout. Les gens trouve leur équilibre comme ils le peuvent. Vous c'est le changement, Elsa, la continuité, chacun se stabilise à sa manière. Peut être n'aime-t-elle tout simplement pas être remarquée comme vous, je ne vois pas où est le mal. Et moi je la trouve beaucoup mieux comme ça, et pour ma part, j'aime être la même et je me retrouve tout à fait dans les propos d'Elsa.

Écrit par : Monique | 03/03/2009

Oui, je suis assez d'accord avec Monique, cette pauvre Elsa a l'air d'avoir souffert. Le coup de sa fille qui ne la reconnais pas, je n'apprécierais vraiment pas. Et Lisbeth, sur les vêtement je ne vous comprends pas, ça change tout, et on peut changer tous les jours sans dépendre de son coiffeur. Et puis y en a marre du monopole des blondes, c'est intéressant quand elle parle du fait qu'on a toutes été tentées un jour, je suis brune et c'est vrai pour moi en tout cas, il y aurait presque une étude à faire sur l'impact que ça a sur nous et sur les mecs, cette couleur. Enfin, en tout cas bravo Elsa, et surtout ne changer rien, vous êtes parfaite comme ça ! Lol

Écrit par : Marie | 04/03/2009

Rodolphe himself ouah : bichonnés les cheveux! Par contre quel dépit de ne pas pouvoir cliquer sur le ici !

Écrit par : celestinette | 10/03/2009

ET bien, c'était passionnant cette aventure! Je dois dire que je me retrouve également dans ton histoire mais...à l'inverse!
Ayant toujours eu des balayages, plus ou moins ratés, j'avais trouvé "mon blond" chez Dessange lorsqu'un lubie de vouloir être chatain, plus "rock" m'a prise..
Ca fait 4 ans maintenant, et j'ai enfin quasiment ma couleur naturelle partout. Je vais repasser au bac pour un balayage californien, j'ai peur, je l'avoue, que repasser au blond ne me correspondre plus mais en brune ou chatain terne je ne me reconnait pas.. Cheveux attachés tout le temps, lavages chaque jour comme si ca allait faire "partir" ce brun.
Bref, je pense faire le bon choix, mais pitié, pas de BLOND UNIFORME!

Écrit par : Ludy | 16/01/2011