, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Dans la peau d'une blonde, épisode 2 | Page d'accueil | Saint-Valentin : soignez votre homme »

08:2307/02/2009NEWS

Dans la peau d'une blonde, épisode 3

Cheveux-coupe.2.jpgDans la peau d'une blonde, ou le récit de mes tribulations capillaires des six derniers mois : chaque jour, un nouvel épisode sur le blog...

Vous avez loupé le début ?
Cliquez sur ce lien : Dans la peau d'une blonde, premier épisode.
Episode précédent : Dans la peau d'une blonde, épisode 2.

EPISODE  3 : passage à l'acte

Vous auriez vu les yeux de Ginette. Elle n'en revenait pas. Quatre femmes dans la fleur de l'âge, qui confient leur tête (que dis-je, leur corps, leur coeur, leurs tripes !) à ses mains expertes.
On n'avait pas vu ça depuis l'année 1986, mémorable été durant lequel nous passâmes toutes sous les ciseaux de Ginette, qui ne nous laissa qu'un centimètre de cheveux sur la tête, pour cause d'invasion généralisée de poux. Aujourd'hui, c'est au tour de ma fille (comment une enfant qui a si peu de cheveux peut-elle avoir autant de poux, c'est un mystère), mais ça, c'est une autre histoire.

Bref, retour chez Ginette. C'est l'excitation générale. Une escadrille de jeunes coiffeuses se met en place, à nous quatre nous réquisitionnons l'ensemble des lieux (qui se résument à une seule pièce, bon, d'accord).

cheveux-décoiffés.jpgL'une des coiffeuses nous met sous le nez un catalogue avec des photos de coiffure et de couleur, pour que nous puissions lui donner une "orientation". Mais je l'arrête net, bras levé et regard grave : "Non mademoiselle, allez-y, on vous fait confiance". Enorme erreur, qu'une ado prépubère aurait pu éviter mais bon, que voulez-vous, l'effet groupe, je suppose. Ou alors un coup de chaud, que sais-je.

Lorsque nous avons passé le pas de la porte du salon "Chez Ginette", il était 11h. Lorsque nous en sommes ressorties, il était 17h. Soit six heures passées sous les ciseaux, les teintures, serviettes, bandes d'aluminium, sèche-cheveux. Six heures de shampoing, après-shampoing, re-shampoing, casque chauffant, etc.
Mais six heures franchement sympas, à glousser entre filles, à commenter les potins des Voici et autres Gala.
Et puis à un moment, ça a été fini. Et il a fallu sortir.

La suite  : Dans la peau d'une blonde, épisode 4.

Commentaires

Mon Dieu, quelle inconscience ! Il est très beau de faire confiance à un coiffeur, mais à vous lire j'ai très peur pour la suite. Je m'échigne moi-même à expliquer du mieux que je le peut mes désirs à la mienne, résultat, je ne suis jamais satisfaite. Au bout de 3 ans de désastre et une demi douzaine de salons, j'ai enfin trouvé la perle rare, mais je me contente souvent de la même chose… Et pour ce faire, j'ai sur moi quand j'y vais une photo de moi avec ladite coiffure qui me convient, on est jamais trop prudente. Alors laisser carte blanche, c'est pure folie, et l'attente de la repousse peut coûter très cher, les hommes sont sans pitié, en tout cas le mien ne loupe pas une occasion de me critiquer sur mes "fantaisies", maintenant, j'ai arrété. Enfin, heureuse pour vous que vous ayez retrouvé la raison, et votre couleur !

Écrit par : Elodie | 19/02/2009

Chère Elodie,
Vous avez mille fois raison : laisser carte blanche totale à un coiffeur, c'est de la pure inconscience. Mais parfois, on fait n'importe quoi... En tout cas cette histoire m'a servi de leçon : plus jamais ça ! Et j'ai eu de la chance, finalement, que mes cheveux n'aient pas trop souffert malgré tout ce que je leur ai fait subir. Et dites-moi, votre "perle rare", c'est qui ?... (à moins que ce ne soit confidentiel, ce que je pourrais comprendre...)

Écrit par : Elsa, de Votre Beauté | 19/02/2009

Bonjour Elsa,
Comme je me reconnais dans vos paroles! Si je comptais le nombre de fois où je suis sortie les larmes aux yeux (et le porte-feuille délesté!) de chez un coiffeur...
J'ai beau savoir qu'aucun coiffeur ne comprend ce que je veux exactement (malgré des explications détaillées) ni ne connait ma nature de cheveux ("attention aux mèches, mes cheveux décolorent TRES vite..."), je tente toujours ma chance! J'espère toujours trouver comme Elodie la perle rare, et puis les colorations maison (et les mèches notamment) c'est tellement la galère...
Je suis vraiment curieuse de voir vos prochaines photos, j'ai vraiment du mal à vous imaginer blonde d'autant plus que je suis votre minois depuis quelques années dans Votre Beauté et que je m'y suis bien habituée tel qu'il est!
Suspense...

Écrit par : Isabelle | 19/02/2009