, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Dans la peau d'une blonde, épisode 1 | Page d'accueil | Dans la peau d'une blonde, épisode 3 »

08:1606/02/2009NEWS

Dans la peau d'une blonde, épisode 2

Cheveux-coupe.jpgDans la peau d'une blonde, ou le récit de mes tribulations capillaires des six derniers mois : chaque jour, un nouvel épisode sur le blog...

Vous avez loupé le début ?
Cliquez sur ce lien : Dans la peau d'une blonde, épisode 1.


EPISODE  2 : le complot

J'étais donc en vacances en Normandie avec toute ma famille, notamment une floppée de cousines, celles-là mêmes avec lesquelles j'ai vécu toutes mes tragédies de l'été depuis 15 ans (écharde avec pied qui s'infecte, épilation du maillot self-made qui tourne au cauchemar, virée en boîte qui se termine au poste, etc.).
Il se trouve que je suis l'aînée de cette bande de filles plutôt joyeuses et intrépides. C'est donc généralement moi qui donne le mouvement, qui entraîne les autres. Notamment sur la voie oh combien capitale de la fé-mi-ni-té. Et depuis que je travaille à Votre Beauté, mon aura en la matière a comme qui dirait doublé de volume. Je suis un peu la-fille-de-la-beauté-que-tu-peux-aller-voir-si-tu-as-un-problème-de-bouton-coup-de-soleil-transpiration-cheveux-gras. La fille qui a réponse à tout.

Sauf qu'en matière de cheveu, je n'étais pas vraiment au point. Et quand je me suis entendue lancer, un jour de pluie, "Allez les filles, on va toutes changer de tête !", j'ai su que je le regretterai. Mais comment dire, les louloutes étaient ravies, moi aussi, impossible de faire marche arrière. C'était un peu comme "quitte ou double". On est idiot parfois, je vous jure.

L1000076-1.jpg
Quelques heures avant le cataclysme...

Cela dit, j'avais vraiment envie de changer de tête. Mais je n'avais aucune idée de ce que je voulais. Là se niche, je pense, le début des problèmes.
Mesdames (mais je suppute que vous le savez déjà depuis longtemps), n'allez JAMAIS chez le coiffeur en disant : "Faites de moi ce que vous voulez".
Car c'est ce que j'ai fait. Si.
Et pas seulement moi : nous étions quatre, quatre poulettes à nous esclaffer et à pouffer dans le salon de Ginette, c'est-à-dire le seul salon de coiffure du bled. Nous étions jeunes et naïves alors. Bon, pas si jeunes (entre 25 et 32 ans) et pas si naïves (nous sommes des filles modernes) -comme quoi les meilleures d'entre nous peuvent s'égarer.

Pour la suite, cliquez sur ce lien : Dans la peau d'une blonde, épisode 3

Commentaires

Quel courage, tout ça pour pas grand chose si on croit ce que vous racontez, d'après les photos je ne vois pas comment ça pourait être râté, vous êtes très jolie et pas du tout "dans la moyenne", comme vous dites. Ça ne serait pas l'influence de votre entourage qui vous aurais incliné à croire que ça ne vous allait pas ? Enfin, j'ai hâte de lire et voir la suite, c'est très sympa ce petit feuilleton, un peu Bridget Jones sur les bords, j'adore !

Écrit par : Samiha | 18/02/2009

Hum, merci Samiha pour tous ces compliments...
Peut-être que l'entourage y est pour quelque chose, en effet... C'est sûr que quand tout le monde est unanime pour dire que quelque chose ne vous va pas, ça calme !
Mais très franchement, je crois que le problème venait avant tout de moi : impossible de m'"accepter" avec cette couleur blonde (pourtant j'ai insisté !). Même au bout de six mois, je ne me reconnaissais pas, j'avais l'impression d'avoir une perruque. Vraiment bizarre comme sensation... D'ailleurs ça me faisait penser (toutes proportions gardées) aux nanas qui se font refaire le nez (ou autre chose), et qui ne parviennent pas à s'habituer à leur nouveau visage. Je crois que c'est assez fréquent en fait. Bref, heureusement dans mon cas, une couleur de cheveux, ça se rattrape facilement (en tout cas plus facilement qu'une opération !)...

Écrit par : elsa, de Votre Beauté | 18/02/2009