, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Du make-up bio signé Phyt's | Page d'accueil | Dans la peau d'une blonde, épisode 2 »

14:4105/02/2009NEWS

Dans la peau d'une blonde, épisode 1


Photo Elsa 2.jpgSuspens insoutenable, aventure aux limites du réel : la saga de mon passage à la blonde attitude.
Chaque jour, un nouvel épisode (12 en tout).

Episode 1 : c'est ici !
Episode 2 (cliquez !)

 

Je vous l'ai annoncé dans le Votre Beauté du mois de mars : voici, sous forme d'épisodes quotidiens, mes tribulations capillaires des six derniers mois. Qui furent mouvementées : l'été dernier, j'ai décidé de devenir blonde.
Pourquoi pas, me direz-vous. D'autant qu'en tant que journaliste beauté, je dispose a priori d'une mine d'adresses pointues et autres bons plans.
Mais le fait est que je suis parfois d'une nature impulsive -voire inconséquente, diront certain(e)s.
En l'occurence, j'avais passé une année entière à fomenter mon coup d'état capillaire, à rechercher les meilleures coupes sur le Net, les coiffeurs les plus reconnus, à découper des photos dans les magazines comme une ado de 15 ans, bref, vous voyez le genre.
Mais je n'avais jamais trouvé le temps de passer à l'acte. Alors cet été, en vacances, j'ai craqué. Ce n'est pas la meilleure idée que j'ai eue.

EPISODE  1 : la genèse

L1000013.jpg

Comment tout cela a-t-il commencé ? L'histoire ne date pas d'hier, à vrai dire.
Depuis de longues, longues années, je me traîne une tignasse d'une couleur incertaine, entre châtain, blond et brun, bref indéfinissable.
Une seule certitude : mes cheveux, je veux les garder longs; la coupe au carré qui a accompagné mon adolescence ne m'allait décidément pas : trop de joue, un visage rond qui a besoin d'être "encadré" par de longues mèches.

Quant à la couleur, franchement je ne m'en étais jamais vraiment souciée. J'avais le profil de la plupart des filles (du moins c'était ma sensation) : châtain avec des yeux marrons et une peau plutôt claire, voire blanchâtre en hiver. Ni blonde ni brune, entre les deux. Dans la moyenne. Ni contente ni mécontente de mon sort, je n'avais jamais fait d'expériences capillaires très risquées. Jamais de coloration, juste un mini-balayage par-çi par-là, histoire de mettre un peu de lumière à l'approche de l'été.

elsa 1.jpgL'été. Pour moi, c'est "la" période propice aux changements.
Classique, me direz-vous. L'année est finie (oui, je fais partie de ceux qui, malgré leur âge avancé, fonctionnent encore selon le calendrier scolaire), on va en commencer une autre, ce serait tellement sympa de changer de tête...

Jusqu'ici, je ne m'aventurais jamais très loin, comme je l'ai dit. J'arrivais emplie de courage et de fougue chez le coiffeur, où je finissais par dire, lorsqu'il me posait la fatidique question ("Qu'est-ce qu'on fait ?") : "Oh, on coupe un peu les pointes, on égalise". Autre variante : "On dégrade un peu sur les mèches de devant".
Et la couleur ? "Un petit reflet plus clair, ok". Deux heures plus tard (et 100 € en moins), je ressortais donc... avec la même tête, forcément. A la fois soulagée et déçue. En marmonnant : "La prochaine fois, je fonce".

Eh bien, le croirez-vous : cette prochaine fois est arrivée.
C'était en août. Chaque été charrie son lot de drames (noyade évitée de justesse, petit-neveu perdu sur la plage, intoxication aux huîtres); pour moi ça a été ça : j'ai osé. J'y suis même allée franchement, carrément.
Peut-être pour compenser toutes ces années un peu "tièdes" ? Je ne sais pas, mais ça a été radical.

Pour lire la suite, cliquez sur ce lien : Dans la peau d'une blonde, épisode 2.

Commentaires

Parfois, comme toi, j'ai tellement envie de changement capillaire que je courrai chez le coiffeur du coin pour me faire ratiboiser la tête (pas à la Brit-Brit mais presque) ou alors passer du blond au brun ce qui ne me va pas du tout (ouh ça combien de fois j'ai eu envie de le faire jusqu'à ce que je le fasse et regrette bien sûr mais une fois par an tu peux être sûre que les mêmes envies me reprennent grrrrr)

Écrit par : chroniqueblonde | 17/02/2009

Eh oui, c'est une sorte de fatalité, d'impulsion commune à toutes les femmes apparemment... On y pense, on le fait, on regrette, on revient à la couleur et la coupe d'avant, c'est cyclique ! Est-ce que ça veut dire que, finalement, ça ne sert à rien de vouloir changer ? Que c'est toujours notre tête "naturelle" qui nous va le mieux ?...

Écrit par : Elsa, de Votre Beauté | 18/02/2009

Eh bien pour ma part je trouve que ça révèle votre côté angélique:ça vous donne un peu l'air de cette actrice BCBG Michèle Laroque: mais comme ça vous a fait cauchemarder autant ne pas insister :o)!

J'insiste encore sur le fait que vous êtes charismatique en blonde mais ça n'y fera rien ;o)!

Écrit par : celestinette | 10/03/2009

j aimerai bien m inscrire chez vous et avoir des conseil par cette boite merci

Écrit par : f.nassera | 26/04/2009