, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Parfumée au hamburger, le top de la hype US | Page d'accueil | Inaya, un beauty store qui vaut le détour »

16:4722/12/2008News

Les secrets de tournage de Mélanie Thierry

Mélanie Thierry.jpg

Entre cyberstar, divine Lolita et héroïne romantique, Mélanie Thierry aime, à l’écran, emprunter des chemins de traverse. La voici trouble et troublante dans Largo Winch, un thriller conte de fées où le danger s’appelle aussi amour.

Par Danièle Bott

Elle a dans la vie le visage d’une madone moderne : cheveux longs et mousseux, regard immense d’un bleu tendre, teint d’une fraîcheur candide, bouche pulpeuse.
Mélanie Thierry pourrait se contenter d’être l’une des plus jeunes et des plus jolies filles du cinéma français, mais la belle aime bousculer les codes, surprendre et se mettre en danger.

Après avoir épaté tout Paris dans le Vieux Juif Blonde d’Amanda Sthers, tenant la scène seule pendant près de deux heures vêtue de vieux chandails troués, elle interprétait une amnésique victime de manipulations futuristes dans Chrysalis de Julien Lefebvre, puis jouait dans Babylone AD, le road movie d’anticipation de Mathieu Kassovitz. Pas vraiment évident. Cette fois, c’est en héroïne double aussi dangereuse qu’enjôleuse que l’on retrouve la blonde Mélanie.

V. B. : Changer de peau à chaque rôle, prendre des risques : cela semble vous séduire…
Mélanie Thierry :

Oui , dès que je suis émue, dès que le scénario me fait rêver, je me sens concernée et j’y vais. Cette fois, dans Largo Winch, il n’y a aucune automutilation, aucune angoisse ! Je ne porte pas d’écarteurs pour les yeux comme dans Chrysalis... Même si le personnage était poétique, c’était une véritable épreuve de tourner avec ça. Je ne subis pas de scène de torture, il n’y pas de sang. Je suis tout simplement une fille très sensuelle, et c’est plutôt agréable.

Comment vous préparez-vous le matin avant un tournage ?

Les réveils à l’aube, c’est dur pour moi, et nous tournons toujours très tôt. Je mets donc au moins cinq réveils autour de mon lit, dont l’un carrément à l’opposé. Ensuite, j’agis un peu comme un automate. Je prends ma douche, je vaporise sur mon visage l’Eau Florale de Sisley fine et délicieuse, dont je ne peux me passer.
J’applique mon sérum (Darphin) sous  ma crème (All Day All Year ou Hydra-Globale de Sisley). J’hydrate mon corps avec la crème Nutricia Corps de Payot, onctueuse et à peine parfumée.
Je prépare toujours mes affaires la veille, pour ne rien oublier et pour gagner du temps. Je glisse dans mon sac ma bouteille d’Évian, parfumée au thé vert ou à une autre plante drainante, et j’y vais.

Maquillage, coiffure en plateau : plaisirs ou contraintes ?
Toujours un plaisir ! La séance de maquillage m’aide à me détendre, à sortir lentement ma voix, à me mettre en condition pour la journée. Seul hic, quand les pinceaux de maquillage ne sont pas lavés. Je suis très exigeante côté hygiène.


En allant sur les tournages, que glissez-vous systématiquement dans vos bagages ?
Je me déplace toujours avec un énorme cabas. J’y mets les livres qui m’ont servi à travailler pour le film, ma Thermos de thé, mon lait de soja, quelques vêtements.
Pour Largo Winch, c’était extra car nous avons tourné à Hongkong puis à Macao, ce qui m’a donné l’occasion de faire un long périple ensuite. J’ai visité Pékin, le Viêt Nam. Dans ma valise, j’avais glissé mes onguents préférés (je suis une collectionneuse de produits de beauté), mes bougies (j’adore celles de Diptyque) et mon parfum.
J’ai porté celui de Lolita Lempicka pendant dix ans, mais je viens de découvrir  Juliette Has a Gun, et j’en suis devenue accro.

Dans Largo Winch, vous êtes d’abord brune, puis blonde…

Oui, au début du film, je porte une perruque brune courte, qui va bien au personnage de Léa, une (fausse) militante humanitaire, mais ensuite, je joue les vamps, et on me retrouve avec mes cheveux longs et blonds.

Vous est-il déjà arrivé de teindre vos cheveux ?

Je suis enchantée car, pour la première fois, j’ai vraiment changé de couleur de cheveux. Je viens de me faire teindre en brune pour les besoins du film que je tourne en ce moment (j’ai d’ailleurs longuement négocié pour y arriver, car on me voit difficilement autrement qu’en blonde), et j’adore. C’est Christophe Robin qui a fait ma couleur.
Je pense vraiment qu’on ne doit jamais hésiter à changer radicalement la teinte de ses cheveux. On change de personnalité, on opte pour un autre style de vêtements, on réinvente son maquillage.

Cette année, vous avez eu un enfant. Avez-vous facilement récupéré votre ligne ?

J’avais pris dix-huit kilos. Ce n’était donc pas évident. J’ai encore au moins trois kilos à perdre. Je fais cela lentement. Je bois beaucoup d’eau, j’évite le Nutella, le pain et le fromage.
Quand je suis chez moi, j’utilise le Rice Cook et le wok, qui permettent de cuisiner sans gras.
Quand je vois une Nicole Kidman ou une Jessica Alba athlétiques, minces, musclées et plates après leur accouchement, je suis fascinée. Comment font-elles ? J’aimerais connaître leur secret.

Avez-vous repris le sport depuis votre accouchement ?

Autrefois, je pratiquais beaucoup la gymnastique rythmique. Je n’ai plus forcément le temps, j’essaie de marcher le plus possible, de faire du Vélib. J’ai essayé le Power Plate, mais je dois y aller tout doux pour le moment. J’ai redémarré le sport avec mon coach.

Quel est votre quotidien beauté ? Êtes-vous fidèle à vos produits ?
Oui, car j’ai une peau très réactive. Je n’utilise que des produits de soin qui plaisent à mon épiderme, comme ceux de Sisley, Darphin, La Roche-Posay ou Créaline.

Êtes-vous make up ou no make up ?

J’adore le maquillage, mais pour moi, c’est plutôt ludique.
Dans Fête de famille, un téléfilm, je jouais le rôle d’une nana très bimbo, et on m’avait hyper maquillée. Je trouvais cela génial, mais, dans la vie, c’est plutôt teint frais et lèvres glossy avec le Rosebud, que je trouve à New York, ou un gloss Benefit.
J’étire mes cils avec le mascara Black Out de Dior ou Inimitable de Chanel, ce qui me semble suffisant.

Avez-vous une gamme de couleurs fétiche ?

Avant mon accouchement, j’étais plutôt en vert ou en noir, mais depuis, je me suis mise au rose et au mauve, des tons qui m’ont séduite dans  la dernière collection de prêt-à-porter Miu-Miu.

Bientôt les réveillons. Vos secrets pour être la plus belle ?
Je crois que je vais garder quelque temps ma nouvelle couleur de cheveux, ce brun chaud qui me plaît beaucoup.
Quand je me maquille pour une fête, je travaille surtout mon teint, que j’aime assez doré, avec Dior Skin For Ever de Dior, mon préféré.
Je brosse longuement mes sourcil, et je mets beaucoup de mascara.
Je porte des talons très hauts, et je m’enveloppe de mon parfum.