, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Vite, mon antisèche ! | Page d'accueil | Les repulpeurs, nouvelles stars des lèvres ? »

12:4317/11/2008

Du baume aux lèvres

bouche-ongles.jpg

Fragile à l’excès (surtout quand les températures commencent à sérieusement baisser), la bouche a besoin de nos soins les plus vigilants.
Hydratants, anti-âge et repulpants jouent de toutes leurs armes pour nous faire la bouche pulpeuse.


Manger, embrasser, faire la moue… la bouche est une hyperactive.
Jonction épidermique, sa partie vermillon relie les lèvres blanches (zone entre le nez et l’arc de Cupidon, et la lèvre inférieure au pli du menton) à la muqueuse de la bouche.
Zones blanche et rouge partagent une fragilité intense. Épiderme très fin, pauvre en glandes sébacées, pour la première ; et épithélium mince, sans film hydrolipidique, posée sur un derme labial riche en eau, collagène et élastine, pour la seconde.
Dépourvues de bouclier épidermique et pauvres en mélanine, les lèvres sujettes au dessèchement sont incapables de se protéger des UV.
« Ce qui les différencie surtout du reste du visage, c’est l’absence d’hypoderme », précise le chirurgien esthétique Frédéric Sarfati. Sans cet airbag, les lèvres adhèrent directement au muscle péri-orbiculaire, responsable des mouvements de la bouche, et réagissent à la moindre mimique.


Ridées avant l’âge
Ultra-sollicitées, elles vieillissent plus vite que le reste du visage.
À l’aube de la quarantaine, la partie cutanée se plisse et se froisse en rides verticales. « Habituellement, les rides d’expression naissent dans l’hypoderme », explique Christiane Montastier, consultante en communication scientifique pour Helena Rubinstein. « Ici, les agressions quotidiennes altèrent la structure du derme et les glucose-amino-glycanes (GAG), chargés de retenir l’eau. »
À la clé : perte de consistance sur un muscle atrophié et apparition du fameux plissé-soleil.

Au fil des ans, la semi-muqueuse fonctionne au ralenti. La microcirculation est moins efficace, les GAG ne retiennent plus l’eau et, mal irriguée, la peau se flétrit et perd sa couleur.
Et comme si cela ne suffisait pas, le renouvellement cellulaire est aussi à la traîne : la couche cornée s’épaissit, les tissus s’interpénètrent, les contours se floutent. « Les lèvres perdent leur volume, leur élasticité et leur fermeté », précise Catherine de Goursac, médecin esthétique, « les commissures tombent et la bouche rétrécit de presque un tiers de sa longueur ». Gloups ! Le processus évoqué n’est pas très optimiste .
À rajouter, pour noircir un peu plus le tableau, deux prédateurs : le soleil et le tabac. À eux seuls, ces deux-là accélèrent les processus détruisant fibroblastes et vaisseaux nourriciers.

Mais pas de panique, nous avons à notre disposition des soins de plus en plus ciblés.

bouche-soins.jpgMettre la gomme, ou pas
Geste de make up artist pour les préparer au maquillage, le scrub des lèvres devient un incontournable dans toute salle de bains de beauty addict qui se respecte.
Baume ou gel, la texture doit être assez rigide pour être travaillée, mais aussi particulièrement douce. La quadrature du cercle en quelque sorte. « Cette zone étant ultra-sensible, rappelle Joëlle Guesnet, directrice recherche et développement chez Yves Saint Laurent, on ne peut pas y utiliser les mêmes particules abrasives que sur le reste du visage. »
En lieu et place : des polyamides, minuscules billes de synthèse, totalement lisses, associées à des agents nourrissants comme du beurre de karité ou de l’huile de jojoba.

Mais même avec ces précautions, la pratique reste décriée. « Les lèvres ne sont couvertes que par deux ou trois couches de cellules », avertit le dermatologue Antoine Khoury. « Il n’y a rien à exfolier. Sur une surface gercée, ça revient à poncer une plaie avec du papier de verre ! »

Craquements dus à la sécheresse ou à un coup de soleil, ces fameuses « peaux » doivent être plutôt nourries qu’agressées. Certains y voient un bon moyen de dynamiser la régénération cellulaire, en déclenchant un processus de cicatrisation et de renouvellement. De quoi secouer les cellules fatiguées par l’âge !
« Il existe d’autres méthodes, préconise Joëlle Guesnet, des textures à base de sucre, qui engluent les cornéocytes qui desquament et les libèrent au rinçage. »
Basique, le simple massage avec un baume nourrissant peut aussi suffire à lisser le sourire.

> VB aime :
Pour adoucir, et sans risque d’irritation, les fibres de citron du Duo Suave pour Lèvres Sucrées de Kenzoki.
Pour ses mini cristaux de sucre mêlés à de l’huile de framboise, le Doux Exfoliant Lèvres et Contour de Clarins.
Et, toujours efficace et tellement beau sur les lèvres, le Baume de Rose de By Terry.

bouche-lèvres.jpg

L’hydratation puissance plus
Au rayon des doléances, desséchements et tiraillements arrivent en pole position pour 62 % des moins de 40 ans, alors que les rides reprennent le dessus pour les quadras et plus (source interne de L’Oréal).
Nutrition et anti-âge sont donc les terrains de jeux privilégiés des labos, l’idée étant de renforcer la fonction barrière en stimulant les fibroblastes et la synthèse des GAG, et de maintenir le taux d’hydratation de cette zone perpétuellement assoiffée.
Un double challenge car « la plupart des actifs anti-âge sont hydrophiles, rappelle Joëlle Guesnet. Il est difficile de les inclure dans un produit nourrissant lipophile. » La feinte : les emprisonner dans des vecteurs de pénétration comme les liposomes.
Avant, les marques cherchaient à empêcher l’eau de s’envoler, avec des films occlusifs à base de vaseline, de lanoline ou de paraffine. Souvenez-vous des baumes grassouillets d’il y a dix ans. Terminé ! La technologie se tourne désormais vers des composants naturels, plus en affinités avec le tissu labial. Ils ne se contentent plus seulement d’emprisonner l’eau, mais réparent, soignent et guérissent. Anti-âge, anti-UV, hydratants puissants… le choix est vaste.

Dans d’innocents petits sticks se cache un concentré d’actifs : des huiles insaturées, des céramides, de l’acide hyaluronique ou du glycérol pour hydrater. Des beurres de karité et de mangue mêlent onctuosité et consistance cireuse pour fondre au contact des lèvres et les lisser.
Au rayon anti-âge, on retrouve les superstars du moment : les SPF, qui luttent contre le photovieillissement, le ProXylane, mascotte du groupe L’Oréal, et la vitamine E, antiradicalaire.

bouche.jpg

Sur les lèvres, les molécules les plus efficaces se faufilent jusque dans la couche cornée et se mettent au boulot : glycérol, mucilages et acide hyaluronique anti-sècheresse se gorgent d’eau, qu’ils libèrent progressivement au fil des heures. Les céramides recréent un film émollient hydrolipidique.
Autre option chez Darphin : peptides de synthèse et mucilages s’unissent pour stimuler les GAG et les fibroblastes tout en assurant une hydratation continue. « La bonne nouvelle, c’est qu’en étant si fine, cette zone absorbe facilement les actifs », note Marie-Pierre Hill, dermatologue.

Un rituel à intégrer dès 30 ans, âge où collagène, élastine et GAG commencent à être sérieusement dégradés par les agressions quotidiennes.

La bonne stratégie : augmenter le SPF l’été et le côté nutritif l’hiver, blinder les défenses le jour et axer sur la régénération la nuit. En clair, l’idéal serait d’adapter les soins aux besoins de la peau suivant les saisons, l’âge ou le moment de la journée. « Il y a un pic de renouvellement observé entre minuit et une heure du matin », constate Laurence Cassereau, directrice recherche et développement chez Darphin. « Les cellules sont plus disponibles pour puiser un maximum d’actifs. » D’où l’intérêt de se mettre un baume au coucher.

Le bruit circule comme une légende urbaine : à l’arrêt des soins, la peau serait plus mal en point qu’avant. Sur le sujet, le silence est de mise. Des dermatologues murmurent que certains baumes à base d’hydrocarbures forment une pellicule occlusive qui abîme la kératine et bloque les processus naturels de protection. Mais le risque semble minime car les laboratoires ont délaissé ce type d’ingrédients.

> VB aime :
Pour lutter contre le photovieillissement, le SPF15 et l’extrait d’algues brunes du Baume Re-Nutriv Sun Supreme d’Estée Lauder.
Pour contrer les radicaux libres, la vitamine E vectorisée du Primordiale Lèvres Skin Recharge de Lancôme.
Pour protéger lèvres et contour, la protéine de soja du Soin des Lèvres Réparation Intense de Clinique.

Par Julie Levoyer

Commentaires

Pour moi c'est toujours les même soins Contour Dior, exfoliant sucre fin et le gloss/baume abricot 2 en 1 YSL: c'est vrai que maintenant on a le choix dans ces produits soins des lèvres et du contour ;o)

Écrit par : celestinette | 17/11/2008

La description du vieillissement des lèvres fait peur ! Moi pour les rides, j'ai un truc imparable : être épanouie et sourire le plus possible ! J'ai bientôt 35 ans et ne me prive pas de tous ces produits bien sûr, mais ne paniquons pas, restons sereines pour avoir la vie plus belle.

Écrit par : Nana | 18/11/2008

un petit gommage a l'aide d'une brosse a dent raffermi la peau en douceur et élimine les cellules mortes
+ une noisette de beurre d'amande (a défaut mangue ou karité)le tour est joué pour un soin raffermissant 100% naturel :)

Écrit par : Mam'zelle emie | 25/11/2008

Pour mes lèvres, j'utilise un contour des yeux car ces produits respecte la peau fine des lèvres.

Écrit par : cosmétogirl | 25/05/2009

Mes lèvres, c'est ma croix : perpétuellement sèches, gercées, voire même crevassées !
J'essaie consciencieusement toutes les nouveautés bio que je peux trouver. Le Baume à lèvres Nutrition intense de GamARde est, pour le moment, le meilleur produit que j'ai pu essayer.
J'ai cependant une question : que faire pour que le contour de mes lèvres, devenu rouge-brun à force d'être irrité, retrouve sa couleur "peau" naturelle ?

Écrit par : Laklim | 27/04/2010