, le plus près possible du tag d’ouverture. Date de création : 02/10/2011 -->

« Le blog de Miss Hello | Page d'accueil | Tentez le blond chez Massato »

11:3506/02/2008ADRESSES

La parfumerie Memo : souvenez-vous en...

medium_Parfums_Memo.jpg

Le nom Memo ne vous dit probablement rien, et pour cause, c'est une marque encore très confidentielle, de celles que l'on chuchote du bout des lèvres... et que j'avais envie de vous faire connaître, car j'ai eu un véritable coup de foudre pour ces parfums, produits pour le bains et autres bougies parfumées, qui disposent enfin d'une boutique pour les accueillir, à Paris, dans le 6e arrondissement. 


medium_Memo_parfums.jpg
Les parfums Memo : packagings stylés et jus recherchés


Mémo, c'est uqoi au juste ? Tout commence par un livre magnifique, "22 parfumeurs en création", un ouvrage d'entretiens avec des "nez" (dont notre chouchou, Francis Kurdjian). Pour l'éditrice, Clara Molloy, c'est l'occasion de rencontrer le parfumeur Aliénor Massenet, avec lequel elle conçoit une parfumerie volontairement confidentielle.
Leur but ? Réaliser une "bibliothèque olfactive" de souvenirs... D'où le nom du lieu, Memo.

On y trouve la collection Les Echappées, composée de quatre fragrances aux noms de lieux emblématiques : Lalibela (une cité ethiopienne) aux notes de rose nacrée; Sundance (le festival de cinéma de l'Utah), avec des accents de tubéreuse; Inlé (un lac birman) au goût d'Iris; Siwa (une oasis d'Egypte), aux effluves de vanille...

Et aussi des produits pour le bain, des bougies, des sachets parfumés et leurs sprays...

Pour Clara, "chaque parfum doit inviter à une sorte de chasse au trésor dans un endroit de la planète".
Le concept est attirant, les parfums sont juste somptueux...  

80 € le flacon de 50 ml.

Memo, 60, rue des Saints-Pères, Paris 6e.
www.mymemo.com

medium_Ligne_bain_Memo.jpg
La ligne pour le bain
medium_spray_Memo_sprays_sachets_parfuméscompo325.jpg
Les sachets et les sprays pour la maison

Commentaires

au plaisir de decouvrir les jus et la presentation
B.Gangler

Écrit par : gangler | 06/03/2008